Laurence Ferrari a "plus d'ambition que de morale" : ce portrait au vitriol dans Libération

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après le portrait au vitriol qu'avait fait Libération de Sonia Mabrouk, dans ses colonnes, en avril dernier, ce 16 septembre, c'est au tour d'une autre star de CNews d'être torpillée par le quotidien de gauche. Symbole du rapprochement d'Europe 1 avec le groupe Canal +, Laurence Ferrari est devenue, selon ses adversaires idéologiques, l'archétype de la journaliste qui a "plus d'ambition que de morale", comme le citent nos confères.

En effet, Libération relève une série de décisions surprenantes qu'a fait Laurence Ferrari au fil des années, et juge qu'elle "a accepté d'être en contradiction avec ses idées" pour servir sa carrière. Elle qui a réintégré le groupe Canal+ pour animer Le Grand 8 sur C8 avec l'envie "d'une émission plus libre, moins codifiées où l'on ne lui demanderait pas de rentrer dans un moule" a du "serré les dents" avec les venue de Jean-Marc M... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles