Laure (Mariés au Premier Regard) : coup de gueule et mise au point sur Instagram

·1 min de lecture

En participant à Mariés au Premier Regard, les candidats jouissent naturellement d’une certaine popularité sur les réseaux sociaux. Suivis par leurs fans, ils interagissent donc régulièrement avec eux, au risque parfois de devoir opérer une mise au point lorsque la situation leur échappe. C’est le cas de Laure qui s’est emparée de son compte Instagram, ce dimanche 23 mai, pour répondre aux critiques dont elle fait l’objet au sujet des placements de produits. Accusée de les accumuler, elle riposte. « Ce n’est pas parce que je fais un petit déj et qu’il y a un pot de Nutella derrière que je fais un placement de produit de Nutella », a-t-elle expliqué. Vraisemblablement, son habitude d’identifier des marques a laissé croire aux internautes qu’il s’agissait de partenariats.

Laure poursuit et appelle à dissocier les différentes personnalités sur les réseaux sociaux. « Il y a ceux qui veulent à tout prix vous vendre des choses et s’en fichent pour qu’ils trouvent leur compte. Personnellement, ce n’est pas le cas. Ce n’est pas mon objectif de vivre des placements de produits, j’ai des projets derrière », a affirmé la compagne de Matthieu, qui confie n’avoir eu recours à ce système qu’une seule fois. Elle écrit : « Le placement est devenu la hantise des gens mais ne pensez pas que tout le monde est mauvais ou que tout ne se fait uniquement pas intérêt ».

Le couple formé par Laure et Matthieu a fortement marqué la saison 5 de Mariés au Premier Regard. Après la diffusion du dernier épisode (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le saviez-vous ? Marghe, gagnante de The Voice, avait été évincée de l'émission l'an passé
Amélie Mauresmo tranchante : "L’attitude de Benoît Paire est inacceptable"
PHOTOS - Alexandra de Hanovre et Beatrice Borromeo : vent glamour au Grand Prix de Monaco
"Mon ticket pour l'aventure" : Alessandra Sublet évoque son idylle avec un joueur de tennis
Louane revient sur son enfance pas comme les autres : "Petite, c'était assez difficile"