Laura Smet, un “trophée à abattre” pour Laeticia Hallyday ? Son ami balance… et Nathalie Baye approuve

Ils sont nombreux à prendre la parole publiquement pour soutenir Laura Smet dans la bataille judiciaire qu’elle mène pour l’héritage de son père Johnny Hallyday. Après avoir fait face à son décès le 6 décembre 2017, la fille du rockeur devait affronter sa belle-mère Laeticia Hallyday en ce qui concerne la gestion houleuse de l'héritage. L’actrice est toutefois soutenue par de nombreux proches, qu’ils soient célèbres ou anonymes. Lundi 20 janvier 2020, c’est son ami Nicolas Boualami qui a publié un long message sur son compte Instagram pour pousser un coup de gueule contre le mannequin, mère de Jade et Joy Hallyday. S’il ne cite jamais le nom de Laeticia Hallyday, le réalisateur du court-métrage Faux frère (dans lequel Laura Smet a joué le rôle d’Anna), a pris la plume pour écrire un message plus qu’explicite.

⋙ Johnny Hallyday : le cercueil du chanteur transféré dans un caveau, une victoire pour Laeticia Hallyday

“Voilà plus de deux ans que j’assiste en silence à l’acharnement que subit mon amie Laura Smet de la part d’une femme qui perd un peu plus chaque jour toute notion d’humanité et de décence, transformant tout ce qu’elle touche, y compris l’amour, en scandale”, s’insurge Nicolas Boualami en légende d’une photo en noir et blanc où il apparaît avec Laura Smet. “Plus de deux ans que quotidiennement, je vois Laura subir les assauts médiatiques répétés et les humiliations personnelles dirigées en son encontre”, poursuit-il. “Elle se débat comme elle peut, parfois avec maladresse, mais toujours avec la sincérité de ceux qui ont perdu père. Laura est devenue une obsession, une cible, un trophée à abattre, pourquoi ? Pour une reconnaissance qui ne veut pas être partagée alors qu’elle est immense ? Pour un peu plus de lumière ?” Nicolas Boualami conclut : “J’ai vu ce père aimer sa fille, ces deux-là se reconnaître et se parler en un regard, sans avoir besoin de s’exhiber, on ne déshérite pas cet amour-là… point barre !”

Pas sûr, toutefois, que le message de Nicolas Boualami

(...) Cliquez ici pour voir la suite