L'Audi S3 grimpe à 370 chevaux grâce à ABT Sportsline

fr.info@motor1.com (Yann Lethuillier)
·2 min de lecture
Audi S3 par ABT Sportsline
Audi S3 par ABT Sportsline

Comme à son habitude, le préparateur de Kempten n'a pas tardé avant de présenter sa réinterprétation d'une nouveauté signée Audi.

Il y a plus de 20 ans, Audi lance la S3, une compacte sportive dotée d'un quatre cylindres dont la puissance est portée à 210 chevaux. En 2010, un nouveau cap est franchi avec la seconde génération de S3, toujours animée par un quatre cylindres, mais qui développe cette fois-ci 265 chevaux. La troisième génération pousse le bouchon encore un peu plus loin avec 310 chevaux issus de son quatre cylindres 2,0 litres TSI.

Pour la quatrième génération qui vient à peine d'être présentée, le moteur n'évolue pratiquement pas par rapport à la génération précédente. Il s'agit du 2,0 litres TSI qui développe toujours 310 chevaux et 400 Nm de couple. Les ingénieurs ont surtout travaillé sur les qualités dynamiques de la voiture et notamment au niveau du châssis, des suspensions et de la direction.

Audi S3 par ABT Sportsline
Audi S3 par ABT Sportsline

Pour les clients souhaitant un vrai cap entre la S3 d'ancienne génération et la nouvelle, ABT Sportline vient de dévoiler une variante un peu plus véloce. Le quatre cylindres gagne 60 chevaux et 50 Nm pour désormais culminer à 370 chevaux et 450 Nm de couple, uniquement grâce à une reprogrammtion du moteur. Une reprogrammation que le préparateur de Kempten propose déjà depuis quelques années sur d'autres modèles équipés du quatre cylindres 2,0 litres TSI.

Outre la puissance relevée, l'Audi S3 par ABT reçoit quelques éléments spécifiques, dont trois types de jantes allant de 19 à 20 pouces. Le préparateur allemand précise qu'un système d'échappement ABT en acier inoxydable sera disponible à partir du printemps 2021. ABT n'a pas précisé le prix de cette préparation. Pour rappel, il faut compter, en France, à partir de 55'900 euros pour une Audi S3 Sportback et 56'450 euros pour une S3 berline. Sans les options et sans l'inévitable malus écologique évidemment.

À lire aussi