L'attractivité de la France s'améliore malgré des doutes après les "gilets jaunes"

Si certaines entreprises étrangères ont reconsidéré leurs investissements en France avec la crise des gilets jaunes, la France conserve une image positive et huit entreprises interrogées sur 10 assurent vouloir y investir.

L'attractivité de la France auprès des investisseurs étrangers continue de s'améliorer en dépit de doutes suscités dans certains sièges de multinationales étrangères par le mouvement des gilets jaunes, ont affirmé mercredi certains de leurs représentants en France.

En raison de cette crise sociale qui s'est ouverte il y a un an, près de quatre entreprises étrangères sur dix (39%) présentes sur le territoire français ont reconsidéré leurs projets de développement en France, d'après un sondage réalisé par Ipsos pour le compte de Business France, l'agence de promotion de l'Hexagone à l'étranger. Et 44% trouvent que l'image de la France s'est dégradée au cours des 12 derniers mois, contre 33% qui trouvent qu'elle s'est améliorée, selon leurs quelque 200 représentants sur le sol français.

Pour autant, l'image de la France auprès des sièges mondiaux, qui s'était fortement appréciée depuis l'élection d'Emmanuel Macron en 2017, reste toujours aussi bonne (pour 86%), et 81% des entreprises interrogées disent vouloir y investir dans les années qui viennent.

Les dirigeants en France jugent aussi en quasi-totalité (98%, contre 95% l'an dernier) que les réformes engagées par le gouvernement depuis mai 2017 "vont plutôt dans le bon sens", d'après cette enquête publiée à la veille des "Etats de la France".

Leur 14e édition jeudi à l'université La Sorbonne doit réunir 800 responsables et est placée sous le signe de l'engagement des entreprises étrangères pour l'inclusion des jeunes des quartiers défavorisés.

Un an après le début du mouvement des "gilets jaunes", les responsables de filiales de groupes étrangers jugent majoritairement positive la façon dont celle-ci a été gérée par le gouvernement ainsi que les mesures de sortie de crise.

Encore des freins psychologiques

"Cette gestion a permis de retrouver un soutien politique sans lequel il est très difficile de réformer. C'est ça que les investisseurs étrangers regardent", a expliqué à l'AFP le directeur de Business France, Christophe Lecourtier.

Les réformes structurelles comme celle de la fonction publique ou de l'assurance chômage n'ont d'ailleurs pas été remises en question suite à ce mouvement, rappelle-t-il.

Face à la possibilité d'un nouveau pic de mécontentement social avec la grève annoncée pour le 5 décembre contre la réforme des retraites, "on essaie surtout de savoir si ça peut impacter notre marché, les règles du jeu dans lequel on joue, les lois et les décisions gouvernementales, et nos employés", a déclaré Claude Alver, vice-président pour l'Europe de l'américain Collins Aerospace. 

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :