L'attentat suicide dans un temple au Pakistan a fait 83 morts

Les funérailles d'une des victimes de l'attentat-suicide commis jeudi au Pakistan dans un sanctuaire de la minorité soufie et revendiqué par une branche locale du groupe Etat islamique (EI) au sud du Pakistan. Le bilan de l'attentat le plus meurtrier au Pakistan depuis deux ans s'est alourdi à 83 morts. /Photo prise le 17 février 2017/REUTERS/Akhtar Soomro

SEHWAN SHARIF, Pakistan (Reuters) - Le bilan de l'attentat suicide commis jeudi au Pakistan dans un sanctuaire de la minorité soufie et revendiqué par une branche locale du groupe Etat islamique (EI) s'est alourdi à 83 morts.

Le temple Lal Shahbaz Qalandar, site le plus vénéré par les soufis du pays, qui se trouve à Sehwan Sharif, dans le sud du pays, à environ 200 km de Karachi, était bondé au moment de l'explosion.

Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier commis au Pakistan depuis deux ans. Le Premier ministre, Nawaz Sharif, a réitéré sa ferme intention de continuer à lutter contre les islamistes sunnites et "de maintenir l'unité et l'identité du Pakistan".

Vendredi devant le sanctuaire, une foule en colère haranguait les policiers en faction, les accusant de n'avoir rien fait pour protéger les lieux.

L'EI, dont la présence est relativement faible mais croissante au Pakistan, a revendiqué l'attaque par le biais de son organe de propagande Amaq.

Les djihadistes ont revendiqué la responsabilité d'autres attentats au cours des trois derniers mois, notamment celui de novembre qui a fait 52 morts dans un sanctuaire de la province du Baloutchistan.

Lundi dernier à Lahore, un attentat suicide revendiqué par une faction des taliban pakistanais, le Jamaat-ur-Ahrar, a fait 13 morts.

Le soufisme est considéré comme hérétique par certains groupes islamistes radicaux.

(Syed Raza Hassan, avec la rédaction d'Islamabad; Gilles Trequesser et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages