Comment l'attentat de Conflans a poussé Macron vers les thèmes de prédilection de la droite

·1 min de lecture

De l'émotion et des actes. Avant même le vibrant hommage national à La Sorbonne à la mémoire de Samuel Paty, ce professeur d'histoire-géographie décapité par un terroriste, vendredi à Conflans-Sainte-Honorine, l'exécutif a fait toute une série d'annonces pour renforcer la lutte contre l'islamisme radical : opérations de police, fermetures de plusieurs associations dont le CCIF... Un tour de vis qui a propulsé de facto le président sur le sujet de la sécurité, thème traditionnellement accaparé par la droite et l'extrême droite. 

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

LR et RN voient Macron empiéter sur leur thème de prédilection

Un état de fait qui plonge Les Républicains et le Rassemblement national dans une situation imprévue, voire un dilemme. Le parti de Marine Le Pen doit par exemple à la fois critiquer et accompagner les mesures proposées par l'exécutif, sans pour autant donne un chèque en blanc au gouvernement Castex. Mais la présidente du RN l'a assuré mercredi sur Europe 1, les députés de son parti voteront "très certainement" pour le projet de loi sur les "séparatismes" du gouvernement. Une situation délicate à tenir pour celle qui sera l'adversaire du président dans les urnes dans moins de deux ans.  

Du côté des Républicains, c'est le président du groupe à l'Assemblée nationale, Damien Abad, qui a été le plus virulent contre le Premier ministre Jean Castex mardi. "Assez de résignation et de capitulation coupable ! La République du 'pas de vague...


Lire la suite sur Europe1