L'attaque d'un local kurde à Lyon ravive les tensions communautaires

·1 min de lecture

Ce samedi 3 avril, une vingtaine d'individus ont attaqué le local d'une association kurde à Lyon. Quatre personnes ont été transportées à l'hôpital après avoir reçu des coups de battes de base-ball et de barres de fer. La minorité kurde pointe du doigt le groupe ultranationaliste turc des loups gris.

Les nationalistes turcs en roue libre à Lyon ? Vers 14 h 30 ce samedi 3 avril, le Centre culturel de Mesopotamie, une association kurde, a reçu une visite indésirable. Une vingtaine de personnes, encagoulées et armées, se sont présentées devant le local et une dizaine aurait investi les lieux. Équipées de battes de baseball et de barres de fer, elles ont agressé quatre membres de l'association qui ont été emmenés à l'hôpital.D'après les propos de la police rapportés par l'AFP, l'attaque a fait " pas mal de dégradations et quatre blessés légers ". De leur côté, les pompiers ont simplement parlé d'une " rixe entre bande qui a occasionné le transport de quatre blessés en urgence relative vers les centres hospitaliers voisins ".Menaces et embuscadeMais à croire Mustafa Kisa, représentant de l'association qui n'était pas présent ce jour-là, les associatifs auraient été " fracassés ". " Trois sont ressortis dimanche, ils ont tous des hématomes sur le dos et les bras, l'un d'eux a neufs points de suture à l’œil tandis qu'un quatrième, victime d'une fracture du crâne, a été gardé pour la nuit " explique-t-il.Même si les individus étaient encagoulés, le responsable l'affirme,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

La présidente d'Anticor contre-attaque : "On agace le pouvoir en place"

"Non-mixité : face aux nouvelles attaques, rassembler les républicains des deux rives est d’une impérieuse nécessité"

"Il est grand temps de s'attaquer au commerce illégal de cigarettes"

"Nous croyons en une République écologique et sociale, qui s'attaque au chômage et non aux chômeurs"

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"