VIDEO. L'atmosphère de Jupiter se dévoile

·2 min de lecture

Ce jeudi 28 octobre 2021, la NASA dévoile une série de résultats obtenus par les équipes de la sonde Juno concernant l'atmosphère de la plus grosse planète du Système solaire. La grande tache rouge, et la dynamique globale de cette atmosphère hors norme sont au cœur de quatre articles scientifiques publiés ce jour. Sciences et Avenir a pu s'entretenir avec l'un des coauteurs, Tristan Guillot, de l'observatoire de la Côte-d'Azur.

Avec ses 16.000 km d’est en ouest, et sa longévité d’au moins trois siècles, la grande tache rouge de Jupiter est l’ouragan le plus célèbre de tout le Système solaire. Comment s’est-il formé ? Pourquoi perdure-t-il, alors que cyclones et anticyclones apparaissent et disparaissent sans cesse sur la géante gazeuse ? Et jusqu’à quelle profondeur sévit-il ? La grande tache rouge est aussi un grand mystère… Quatre articles publiés ce jeudi 28 octobre, dont deux dans la revue , apportent quantité d’informations nouvelles sur la plus massive des planètes du Système solaire. Ils sont le fruit d’une moisson de données récoltées par la sonde Juno en orbite depuis 5 ans autour de Jupiter, et qui débute tout juste . Ils portent sur la grande tache, mais aussi sur deux autres formations tempétueuses de moindre importance, et sur le fonctionnement global de cette atmosphère hors gabarit.

La grande tache rouge en 3D

"Ces résultats étaient très attendus car pour la première fois, ils nous font voir l’atmosphère de Jupiter en trois dimensions, résume pour Sciences et Avenir Tristan Guillot, astrophysicien à l’observatoire de la Côte-d’Azur, et coauteur des deux articles parus dans Science. Jusqu’ici, nous n’avions accès qu’aux couches supérieures, ce qui ne nous permettait pas de savoir jusqu’où se propagent les phénomènes atmosphériques... Grâce à Juno, nous pouvons désormais affirmer que la grande tache rouge s’enfonce jusqu’à 300 km, avec une incertitude de 100 km. C’est plus que nous ne le pensions." Cette étude en 3D de la tache a été obtenue par deux méthodes distinctes. La première a consisté à mesurer le champ de pesanteur de la planète. "Grâce à deux passages de Juno à moins de 20.000 km de la grande tache rouge [en février et juillet 2019], nous avons pu détecter sa signature gravitationnelle due à la concentration de matière à cet endroit." En effet, le champ de gravité de la planète au niveau de l’ouragan modifie la vitesse de la sonde de 0,01 millimètre par seconde ! C’[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles