L'astronaute français Thomas Pesquet désigné commandant de bord de l'ISS

·2 min de lecture

L'astronaute français Thomas Pesquet doit s'envoler le 22 avril 2021 pour sa deuxième mission sur la station spatiale internationale (ISS). L'ESA annonce mardi 16 mars qu'il sera commandant de bord durant une partie de son séjour en orbite.

C'est la première fois qu'un astronaute français se voit désigner commandant de bord de l'ISS. Il sera assigné à cette tâche pendant environ un mois, vers la fin de sa mission dans l'espace, qui doit durer six mois.

"Honoré !"

"Je suis incroyablement honoré !", s'est réjoui Thomas Pesquet lors d'une conférence de presse virtuelle de l'ESA.

Thomas Pesquet en formation le 19 juin 2020 à Houston au Texas, avant la mission "Alpha" de la Station spatiale internationale (ISS) prévue pour le printemps 2021. (NASA/AFP/Archives - Bill STAFFORD)

3 commandants européens consécutifs

"Ça fait trois commandements européens à la suite pour trois missions sur l'ISS. Ça montre la place centrale que prend l'Europe de plus en plus dans la station spatiale, et pour les futures explorations lunaires", a-t-il ajouté. Thomas Pesquet, qui a été pilote de ligne, sera le premier Européen à rejoindre l'ISS à bord d'un vaisseau privé américain, la capsule Crew-2 Dragon de Space X, qui doit décoller depuis la Floride le 22 avril avec trois autres astronautes à bord.

"Ça approche, c'est dingue ! Il y a tellement de choses qui se passent qu'avant même de pouvoir y penser, je me retrouverai au pied de la fusée", a-t-il dit. A la fin de son séjour dans l'espace, Thomas Pesquet devrait être rejoint par un autre astronaute de l'ESA, l'Allemand Matthias Maurer. "Ça arrive très rarement que deux Européens travaillent ensemble sur l'ISS, ce serait un beau symbole qu'on puisse travailler ensemble", espère Thomas Pesquet. Lors de sa deuxième mission, appelée "Alpha", l'astronaute réalisera plus d'une centaine d'expériences en apesanteur. Il devrait faire quatre sorties dans d'espace, dites "extra-véhiculaires".

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi