Comment l'astéroïde qui a tué les dinosaures a fait naître la forêt amazonienne

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

Nouveau ! Écoutez l'article :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Futura · L'astéroïde qui a causé l'extinction des dinosaures a créé l'Amazonie

Il y a 66 millions d’années, au Crétacé, les forêts tropicales d'Amérique du Sud étaient constituées de couverts clairsemés dominés par des conifères et d'autres gymnospermes à graines. Les plantes à fleurs, ou angiospermes, qui représentent environ 80 % de notre flore moderne, étaient encore rares. Puis l’astéroïde tueur est arrivé, dévastant la moitié de toutes les espèces végétales terrestres. De ces cendres ont émergé de nouvelles plantes qui ont sans doute favorisé l’émergence des foisonnantes forêts tropicales modernes, suggère une nouvelle étude parue dans la revue Science.

Composition de la structure forestière sous les tropiques sud-américains avant et après l’impact de l’astéroïde. © Mónica Carvalho et al, science, 2021
Composition de la structure forestière sous les tropiques sud-américains avant et après l’impact de l’astéroïde. © Mónica Carvalho et al, science, 2021

Les chercheurs du Smithsonian Tropical Research Institute (STRI) au Panama ont analysé plus de 6.000 fossiles de feuilles et 50.000 fossiles de pollen de Colombie afin de reconstituer la flore de la région entre 72 et 58 millions d’années, avant et après l’impact. Ils se sont notamment basés sur trois méthodes : densité des nervures de feuilles et rapport entre les isotopes de carbone, qui témoignent de leur degré d’exposition au soleil (et donc du type de couvert végétal), ainsi que les signes de dommages causés par les insectes, qui donnent une indication sur la biodiversité de la forêt.

Six millions d’années après la destruction de la forêt par l’astéroïde, les plantes à fleurs représentaient 85 à 90 % de la diversité végétale en Colombie

« Tous ces indices nous ont raconté la même histoire, relate Carlos Jaramillo, du Smithsonian Tropical Research Institute. À l’époque des dinosaures, le couvert était dominé par les conifères et d'autres gymnospermes à graines. Les membres du genre Araucariaceae, ancêtres du pin Kauri et du pin de l'île Norfolk d'aujourd'hui, étaient les plus communs. » Six millions d’années après la destruction de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura