L'Assurance vieillesse lui verse 3 ans d'arriérés de retraite, ses impôts flambent

Si cette histoire devait se résumer en un mot, ce serait “injustice”. Après avoir travaillé toute sa vie, cumulant des emplois précaires à mi-temps et de multiples employeurs, Fatma est aujourd’hui victime d’une erreur de l’Assurance vieillesse. Alors qu’elle prend sa retraite début 2019, elle ne touche aucune pension pendant trois ans, rapporte RMC. Pendant ces longues années d’attente, elle vit sur ses maigres économies. En décembre 2021, elle reçoit enfin son dû et perçoit 32.000 euros d'arriérés de retraite, soit l’équivalent des trois années de retard. Mais c’est loin d’être la fin de son calvaire.

Lorsqu’elle reçoit sa fiche d’imposition 2022 sur les revenus 2021, Fatma tombe des nues. Les 32.000 euros versés en une fois ont artificiellement fait gonfler le revenu fiscal de la retraitée. Faute de communication entre l’Assurance vieillesse et le fisc, son avis d'imposition lui réclame 5.051 euros. “Elle ne touche même pas le SMIC, se désole sa fille, Badia. Je me suis dit logiquement qu'elle ne paierait pas du tout d'impôt”, raconte-t-elle à nos confrères, estomaquée. Avec 1.100 euros de pension de retraite mensuelle, Fatma ne devrait en effet pas avoir à payer d’impôt du tout.

Et ce n’est pas tout : la retraitée est malade. Atteinte d’un cancer, elle est bloquée dans toutes ses démarches d’aides médico-sociales, car son revenu fiscal est officiellement trop élevé pour en bénéficier. Une ineptie pour sa fille, qui s’occupe de ses démarches administratives. “On est encore coincées, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite