L'association "Osez le féminisme" attaque Miss France en justice

·1 min de lecture

Le concours Miss France a-t-il encore lieu d'être au 21e siècle ? Pas selon "Osez le féminisme" qui proteste chaque année à l'approche du concours. L'association féministe a, cette fois, décidé d'aller plus loin, en menant une action aux Prud’hommes pour violation du droit du travail. "Osez le féminisme" fonde sa plainte sur plusieurs éléments : participer au concours reviendrait à travailler, or les candidates ne sont pas rémunérées, n’ont pas de contrats de travail. Le règlement comporterait des clauses discriminatoires qui constitueraient une discrimination à l'embauche, selon l'association.

>> Retrouvez les journaux des médias tous les matins à 9h10 sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"Il est temps que la télévision ne soit plus le reflet d'une société sexiste"

"Osez le féminisme" pointe notamment plusieurs des critères retenus par Miss France pour pouvoir participer à son concours de beauté : faire 1,70m au minimum, ne pas porter de tatouages ou de piercing, ne pas avoir eu d'enfant, être ou avoir été mariée.  

L'association réclame que les jeunes femmes participant au concours soient reconnues comme salariées et que les pratiques discriminantes cessent. "Il est temps qu'enfin la télévision ne soit plus le reflet d'une société sexiste qui promeut la culture du viol et la femme objet", écrit "Osez le féminisme" dans son communiqué.

Genevard "attend les féministes sur des sujets plus importants"

Sur Europe 1, mardi midi, la vice-présidente LR de l'Assembl...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles