L'association Millî Görüs a un autre projet de lieu de culte à Mulhouse

C.Bo.
·3 min de lecture
Le chantier de la mosquée Eyyub Sultan dans le quartier de La Meinau à Strasbourg se poursuit le 24 mars 2021, deux jours après un vote controversé de la mairie sur une subvention des travaux - Frederick FLORIN © 2019 AFP
Le chantier de la mosquée Eyyub Sultan dans le quartier de La Meinau à Strasbourg se poursuit le 24 mars 2021, deux jours après un vote controversé de la mairie sur une subvention des travaux - Frederick FLORIN © 2019 AFP

Millî Görüs, au coeur d'une polémique autour du possible financement du chantier de sa mosquée par la mairie de Strasbourg, a également un projet de lieu de culte à Mulhouse (Haut-Rhin), a-t-on appris ce jeudi auprès de la mairie et de l'association.

Il s'agit d'une "salle de prière" qui doit être aménagée dans un bâtiment existant "d'environ 650 à 700 m2" au total et situé sur un terrain appartenant à l'association, a indiqué le président de la Confédération islamique Millî Görüs Est, Eyup Sahin.

Un projet de lieu de culte de Millî Görüs est effectivement déposé auprès du service de l'urbanisme de la ville de Mulhouse, a indiqué cette dernière, confirmant une information du journal L'Alsace. L'instruction du dossier durera "plusieurs mois", selon la mairie, qui est opposée depuis le début "à l'implantation de ce lieu de culte à cet endroit".

Le terrain, situé dans une zone résidentielle, accueille notamment depuis l'automne une école privée hors contrat, selon Eyup Sahin. Le projet, lancé il y a plusieurs années, a été retardé par un bras de fer juridique avec la mairie de Mulhouse, finalement remporté l'an passé par Millî Görüs, explique-t-il.

À l'été 2013, des riverains, agacés par une "kermesse" jugée trop bruyante, s'étaient mobilisés contre un futur lieu de culte "a priori nettement plus vaste que celui en cours d'instruction", rappelle L'Alsace. Alors maire de la cité haut-rhinoise, Jean Rottner - actuel président LR de la Région Grand Est et premier adjoint de la maire LR de Mulhouse Michèle Lutz -, avait fait voter en octobre en conseil municipal une modification du plan local d'urbanisme (PLU) afin de "réaffirmer le caractère strictement économique des activités autorisées dans le secteur", selon le journal.

Mais Millî Görüs, qui avait déposé un recours devant la justice administrative, a fait annuler le PLU modifié, a indiqué Eyup Sahin.

Plus aucun recours juridique

Aujourd'hui, la municipalité ne dispose plus d'aucun recours juridique, a-t-on indiqué auprès de la mairie.

"On ne peut pas faire plus (...) S'il y a un sujet avec cette association, aujourd'hui, c'est à l'Etat de le régler", selon cette même source.

"À ceux qui ont le pouvoir de prendre le relai: s'ils jugent (...) qu'ils n'ont pas leur place sur le territoire de la République, c'est à eux de prendre leurs responsabilités", a-t-on ajouté.

Millï Görüs est au coeur d'une polémique après que la mairie verte de Strasbourg a voté le 22 mars le "principe" d'une subvention de 2,5 millions d'euros pour l'imposant chantier de sa mosquée.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin l'accuse de pratiquer un "islam politique" et lui reproche de ne pas avoir signé en janvier la "Charte des principes de l'islam de France", texte ratifié par seulement cinq des neuf fédérations composant le Conseil français du culte musulman (CFCM).

Jeudi, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a estimé que Millî Görüs n'avait "pas vocation à organiser des activités, à exister dans la République".

Article original publié sur BFMTV.com