L'Association des maires de France défend l'ouverture des commerces "non essentiels" par arrêtés municipaux, pour qu'ils "continuent à pouvoir vivre"

franceinfo
·1 min de lecture

"Nous pensons que ces commerces de proximité doivent continuer à pouvoir vivre et le livre est un produit culturel de première nécessité", a déclaré ce samedi sur franceinfo Philippe Laurent, secrétaire général de l’Association des Maires de France (AMF) et maire UDI de Sceaux (Hauts-de-Seine).

franceinfo : Le gouvernement a annoncé ce vendredi que les rayons livres des grandes surfaces comme la FNAC ou Carrefour allaient fermer temporairement pour ne pas faire de concurrence déloyale aux librairies, est-ce que vous pensez que ça peut faire jurisprudence ?

Philippe Laurent : L'égalité a été retrouvée en ce qui concerne les librairies mais d'un autre côté, maintenant, on ne peut plus du tout se procurer de livres sauf par le e-commerce et donc Amazon. Or, nous pensons - et nous sommes nombreux à penser cela - que ces commerces de proximité doivent continuer à pouvoir vivre et le livre est un produit culturel de première nécessité. On avait la possibilité de rendre l'équité en autorisant les librairies à ouvrir mais on a préféré fermer les rayons livres des grandes surfaces. Je pense vraiment que le gouvernement doit entendre ça. Le ministre directement en charge de ces questions, Alain Griset (ministre délégué chargé des Petites et moyennes entreprises) est sensible à cette préoccupation. Nous allons faire en sorte (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi