L'association Anticor a obtenu son agrément gouvernemental qui lui permet de saisir la justice

·1 min de lecture

L'association de lutte contre la corruption Anticor a obtenu in extremis, vendredi soir, le renouvellement de l'agrément gouvernemental qui lui permet de saisir la justice. Créée en 2002, cette ONG s'était inquiétée d'en être privé en raison de la plainte qu'elle a déposée contre le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, pour "prise illégale d'intérêts". Le Premier ministre, Jean Castex, a indiqué que l'analyse du dossier avait révélé un "manque de transparence sur les dons collectés" et une "contestation" interne de la gouvernance de l'association, mais aussi souligné son engagement à "modifier ses statuts pour mieux garantir la transparence sur son financement".

"Après six mois d'instruction, Jean Castex a enfin décidé que l'agrément d'Anticor pouvait être renouvelé. Une victoire pour Anticor", s'est félicitée l'association sur son site internet.

L'agrément expirait vendredi

L'agrément avait été accordé à l'association en 2015 puis renouvelé sans difficulté, et expirait officiellement le 15 février. Mais la décision avait été prorogée à vendredi, et Anticor avait exprimé des inquiétudes quant au renouvellement. "C'est une importante responsabilité que de disposer du droit d'agir en justice au nom de l'intérêt général et cela impose des devoirs et une obligation de transparence", avait souligné le Premier ministre Jean Castex la semaine dernière.

Lire aussi - ENQUETE. Renouvellement d'agrément, opposition interne... Anticor, le dessous des cartes

Le dossier, égaré dans un prem...


Lire la suite sur LeJDD