L'Assemblée met fin à la séance après une interpellation raciste dans l'hémicycle

© Quentin De Groeve / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet a mis fin à la séance de questions au gouvernement jeudi, après une interpellation raciste dans l'hémicycle qui a provoqué l'indignation des députés. Lors d'une intervention du député LFI Carlos Martens Bilongo sur le "drame de l'immigration clandestine", le député RN Grégoire de Fournas a lancé dans l'hémicycle "qu'ils retournent en Afrique" ou "qu'il retourne en Afrique". Après quelques minutes de confusion, la présidente de l'Assemblée a mis fin à la séance "compte tenu de la gravité des faits" et de "l'émotion légitime" dans l'hémicycle. Des élus de gauche et de la majorité ont attribué l'interpellation au député RN Grégoire de Fournas.

Un torrent de réactions politiques

"Le racisme n'a pas sa place dans notre démocratie", a prévenu jeudi la Première ministre, Élisabeth Borne, en indiquant que "naturellement", le bureau de l'Assemblée nationale "devra prendre des sanctions".  Jean-Luc Mélenchon a condamné ces propos en parlant de "honte". "Voilà le RN parti de guerre civile et de racisme. De tels propos à l'Assemblée nationale française sont au-delà de l’intolérable." La députée Mathilde Panot a estimé "qu'aujourd'hui, l'extrême droite a montré son vrai visage", avant d'indiquer à la presse "nous allons demander la ...


Lire la suite sur Europe1