A l'Assemblée, François Ruffin ne fait pas rire les marcheurs

·2 min de lecture

Le député insoumis, qui s'exprimait à propos du projet de loi constitutionnelle sur la préservation de l'environnement, a suscité la colère de la majorité et du gouvernement en jouant des rires enregistrés alors qu'il citait le président Macron.

L'ironie de François Ruffin n'a pas amusé ses collègues de la majorité, ni le Garde des Sceaux, mardi soir. Le député de la France insoumise a pris la parole dans le cadre du débat sur le projet de loi constitutionnelle. Ce texte vise à introduire la phrase suivante dans l'article 1er de la Constitution : «Elle garantit la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique.» L'objectif du gouvernement est de soumettre ce projet de loi à un référendum, conformément à la promesse d'Emmanuel Macron aux 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat. Pour le député Ruffin, toutefois, l'ambition écologique de l'exécutif est plus que douteuse et il a entrepris de le démontrer avec une méthode peu orthodoxe, alors qu'il s'exprimait à la tribune.

L'élu de la Somme a prononcé un discours à la façon d'une histoire drôle. «C’est l’histoire d’un président, vous la connaissez?», a-t-il commencé, avant de citer à plusieurs reprises Emmanuel Macron... en accompagnant ces citations de rires enregistrés, joués sur son téléphone portable. Le compte-rendu officiel de la séance est ainsi accompagné, en italique, de notes retranscrivant l'absurde situation. «Emmanuel Macron, avril 2019 : "Ce qui sortira de cette convention, je m’y engage, sera soumis sans filtre soit au vote du Parlement, soit à référendum, soit à application réglementaire directe." (L’orateur diffuse des rires depuis son téléphone portable.) Emmanuel Macron, novembre 2017 : "Nous aurons une interdiction totale du glyphosate d’ici trois ans." (Diffusion des mêmes rires.) Emmanuel Macron, mars 2020 : "Déléguer notre alimentation, notre protection […] à d’autres est une folie." (Mêmes rires.)»

Interview :Delphine(...)


Lire la suite sur Paris Match