• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

A l'Assemblée, un député LR reproche à Sébastien Chenu d'être un président de séance "partial"

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Sébastien Chenu au perchoir de l'Assemblée nationale, le 19 juillet 2022. - BFMTV
Sébastien Chenu au perchoir de l'Assemblée nationale, le 19 juillet 2022. - BFMTV

La petite séquence a eu lieu mardi dans la soirée entre deux discussions sur des amendements de l'article 3 du projet de loi sur le pouvoir d'achat relatif à la prime d'intéressement. En sa qualité de vice-président de l'Assemblée, le député du Rassemblement national, Sébastien Chenu, occupe le siège de Yaël Braun-Pivet au Perchoir pour quelques heures.

Entre deux rappels au règlement, il est accusé de manquer d'impartialité par le député LR Thibault Bazin, qu'il coupe à plusieurs reprises, juste après avoir laissé un membre de son parti s'exprimer plus librement. "C'est pour avancer", balaye Sébastien Chenu en guise d'explication.

"Allez-y Monsieur Tanguy"

C'est le député RN Jean-Philippe Tanguy qui crispe la séance. "Allez-y Monsieur Tanguy, ça fait longtemps que vous vous agitez avec ce rappel au règlement", lui lance le président de la séance en lui donnant la parole.

Son collègue de se lancer alors, réglement à la main, dans un réquisitoire contre la rapporteuse du texte issue de la majorité, Charlotte Parmentier Lecoq. " Je fais un rappel pour déficit de compétences", commence Jean-Philippe Tanguy, figure montante du parti depuis son élection.

Et de s'adresser à la députée Renaissance dont le rôle est d'assurer l’articulation entre le Gouvernement et l’Assemblée nationale: "Votre fonctione vous permet de pouvoir répondre à tout ce qu'on vous pose comme question, y compris quand vous n'êtes pas compétente".

"Ce qui vous permet à la fois d'apparaître compétente même si contre toute évidence ce n'est pas le cas, mais aussi encore mieux, d'apparaître respectueuse quand de toute évidence, ce n'est pas non plus le cas", tance-t-il sans être interrompu.

"Restez sur l'amendement"

Lorsque c'est au tour du député Les Républicains Thibault Bazin de prendre la parole dans la foulée, la séquence s'écoule un peu différemment. "Je ne peux pas ne pas réagir", commence le député de la droite avant d'être coupé par Sébastien Chenu. "Non, non vous restez sur l'amendement", lui répond le président de l'Assemblée dans une petite mou provoquant un flottement.

"Vous êtes partial Monsieur le Président", finit par lui répondre visiblement décontenancé Thibault Bazin lorsqu'il reprend la parole. "Non non, mais c'est pour avancer", lui répond Sébastien Chenu. "Faites un rappel au réglement si vous voulez", finit-il par accorder.

"Merci de respecter les fonctions de l'Assemblée", demande alors l'élu LR à l'adresse de Jean-Philippe Tanguy. "C'est important de respecter les compétences et les talents de chacun", plaide-t-il.

"La goujaterie de notre collègue du RN"

"Merci à Monsieur Bazin d'être venu en soutien face à la goujaterie de notre collègue du RN qui atteint de sacrés niveaux", réagit la rapporteure Charlotte Parmentier Lecoq quand la parole lui revient.

Aussitôt coupée, elle aussi, par le vice-président: "Avançons, avançons!", s'impatiente Sébastien Chenu. "On va avancer Monsieur le président", lui répond la députée de la majorité. Non sans avoir pris avant un petit temps de pause glacial.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles