Comment l'assassinat d'un physicien nucléaire en Iran pourrait relancer une guerre secrète

·1 min de lecture

Il était l'un des plus grands physiciens nucléaire d'Iran. Mohsen Fakhrizadeh a été tué vendredi à l'est de Téhéran dans une attaque au véhicule piégé suivie d'une fusillade contre sa voiture, selon les autorités. Si peu de détails ont émergé sur les circonstances exactes de l'attaque, Téhéran a accusé le Mossad, les services secrets israéliens, d'être derrière cette opération. Un assassinat qui est peut-être le signe d'une relance d'une guerre secrète sur fond de tensions historiques régionales avec l'Iran et de défaite de Donald Trump, allié d'Israël. 

Une personnalité importante mais inconnue du grand public

Inconnu du grand public, Mohsen Fakhrizadeh n'en était pas moins une personnalité importante. Suffisamment en tout cas pour rencontrer le guide suprême iranien Ali Khamenei en janvier 2019 comme en témoignent des photos officielles diffusées après son décès. Suffisamment important encore pour rouler en voiture blindée, bénéficier d'une escorte armée et pour que le chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général de division Mohammad Baghéri, promette une "vengeance terrible" à ses assassins. Et peut-être aussi tellement important, aux yeux de ceux qui l'ont éliminé, qu'il justifiait une opération que l'amiral Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien, a qualifié de "complexe" menée à l'aide de moyens "complètement nouveaux".

Qu'il ait été un haut responsable du nucléaire civil iranien ou, comme l'affirmait le Premier minist...


Lire la suite sur Europe1