Las Libres, ces Mexicaines qui viennent en aide aux Américaines pour avorter

The New-York Times/Capture d’écran YouTube

Alors que de plus en plus d’États américains rendent l’avortement illégal, un groupe appelé “Las Libres” [“Les [femmes] libres”] aide les Américaines qui souhaitent avorter. Le New York Times leur a consacré un reportage vidéo.

À Guanajuato, au Mexique, Verónica Cruz a créé un “collectif féministe de défense des droits humains”. Comme l’explique le reportage, elle et les autres activistes du groupe “militent depuis près de vingt ans pour l’accès des femmes à l’avortement au Mexique, un pays marqué par un taux élevé de viols et de violences domestiques”.

Une demande qui explose

Depuis le 24 juin, et la décision de la Cour suprême d’annuler l’arrêt Roe vs Wade, le collectif a constaté une explosion des demandes venues des États-Unis. Alors même que leur propre Cour suprême a dépénalisé l’avortement il y a tout juste un an, Las Libres se retrouvent à faire ce qu’elles n’auraient jamais pensé devoir faire : “Venir en aide à leurs voisines du Nord.”

En effet, comme le confie Verónica Cruz, depuis la fin du mois de juin, l’association est passée d’une dizaine d’appels par jour à une centaine.

“Alors que les appels venaient surtout, jusque-là, du Texas, de l’Oklahoma ou de la Floride, il en arrive maintenant de tous les États-Unis.”

Très souvent, les femmes qui les contactent sont en situation de détresse et ont l’impression de faire quelque chose de mal. Veronica et les autres bénévoles les rassurent et échangent avec elles.

Livraison de pilules abortives

Las Libres viennent aussi concrètement en aide aux femmes qui les sollicitent. La livraison de pilules abortives se fait sous trois jours, mais pour protéger son action, le collectif n’a pas souhaité montrer comment les pilules étaient acheminées de l’autre côté de la frontière. En ce qui concerne l’obtention de ces médicaments, le reportage explique que “l’association Las Libres se procure les comprimés grâce à des donateurs privés et à des laboratoires pharmaceutiques” qui lui livrent des pilules proches de la date de péremption.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles