Pour l'artiste Giuseppe Penone, «l’homme et la réalité qui l’entoure ont la même valeur»

© Siegfried Forster / RFI

L’artiste italien Giuseppe Penone, né en 1947 dans un village du Piémont, est un géant de l’art contemporain et un pionnier dans la compréhension artistique des liens entre l’homme et la nature. Célèbre pour ses sculptures souvent monumentales, le lauréat du prix Praemium Imperiale en 2014 démontre actuellement au Centre Pompidou-Paris l’importance et le rôle essentiel de ses dessins, à travers d’une exposition de 241 œuvres. Entretien.

RFI : Dans le monde entier, vous êtes célèbre pour vos sculptures et œuvres monumentales. Quels sont le rôle et le statut du dessin dans votre travail ?

Giuseppe Penone : Le dessin, c’est le moment de la réflexion ou de la notation des idées du travail que je veux faire. Quelquefois, c’est quelque chose qui inspire le travail, parce que je travaille peut-être une idée et il y a quelque chose d’autre qui va apparaître. Le dessin a une fonction, une raison qui est liée à l’idée de l’œuvre. Pour cela, vous pouvez aussi remarquer différentes techniques concernant la réalisation des dessins. Chaque idée a besoin d’une matière spécifique pour être exprimée. C’est cela que je cherche dans le dessin. Il a une fonction de notation d’une idée, quelquefois d’un projet, d’autre fois aussi une fonction de réflexion sur la sculpture qui a été faite et qui peut m’amener à d’autres sculptures.

Existe-t-il un dessin qui a changé votre vie en tant qu’artiste ?

Certains de vos dessins sont enrichis de couleurs, d’aquarelle, mais la base reste l’encre de Chine, l’encre typographique et la mine graphite. Ces matières sont-elles le sang qui coule dans vos dessins ?


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
Giuseppe Penone en un mot, un geste et un silence