L'artiste à l'origine de la vidéo parodique de Pink Floyd répond à Jean-Michel Blanquer

Hugo Septier
·2 min de lecture
Le ministre français de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer à l'Assemblée nationale à Paris, le 9 mars 2021 - MARTIN BUREAU © 2019 AFP
Le ministre français de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer à l'Assemblée nationale à Paris, le 9 mars 2021 - MARTIN BUREAU © 2019 AFP

La publication a surpris autant qu'agacé. Ce dimanche, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a publié sur son compte Twitter un clip militant pour les cours en présentiel sous forme de parodie du titre Another Brick In The Wall, Part 2. (Une Brique de Plus dans le Mur, deuxième partie en français), du groupe Pink Floyd. La chanson est rebaptisée ici pour la cause Another Window on Zoom (Une Fenêtre de Plus sur Zoom).

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il s'agissait ici de prôner le retour ou le maintien à tout prix des leçons à l'intérieur des établissements scolaires malgré la situation sanitaire. "On déteste l’éducation en ligne / On a vraiment l’impression d’avoir perdu le contrôle / On ne se rappelle plus les maths et la physique / Si seulement ils nous laissaient tranquilles / Hey, les gens, ramenez-les à l’école", chantent enfants et professeurs.

"C'est assez différent"

Ce lundi, Ifat Orgad, l'artiste à l'origine de cette vidéo, s'est exprimée sur le même réseau social en réponse au tweet initial de Jean-Michel Blanquer. Si cette Californienne se dit ravie que le ministre ait aimé sa chanson, elle souligne également que la situation de l'autre côté de l'Atlantique est bien différente.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"C'est basé sur la situation où je vis en Californie, où nos professeurs sont déjà vaccinés. C'est assez différent de la situation en France", tacle-t-elle.

Dans cet État américain, les autorités sanitaires locales ont grandement accéléré la campagne de vaccination ces derniers jours. Ainsi, plusieurs vaccinodromes géants, dont un situé sur le parking d'un parc Disneyland à Anaheim, ont été mis en service afin d'immuniser le plus rapidement la population californienne. Plusieurs professions, dont les professeurs, ont été prioritaires dans ce processus.

En France, les enseignants n'ont pas encore bénéficié de la vaccination en tant que profession exposée, et devraient pouvoir y prétendre "d'ici la fin avril", d'après les déclarations de Jean-Michel Blanquer.

Article original publié sur BFMTV.com