L'article à lire pour comprendre le débat sur l'annulation de la dette

Mathieu Lehot
·1 min de lecture

La question divise les économistes : les uns affirment que la manœuvre est le meilleur remède pour éviter un retour à l'austérité ; les autres dénoncent une mesure contre-productive.

La solution paraît tellement simple. Puisque le taux d'endettement de la France pulvérise tous les records – il pourrait bondir de 98,1% du PIB fin 2019 à 122,4% fin 2021 −, pourquoi ne pas effacer l'ardoise d'un simple coup de chiffon ? Cette idée, défendue depuis longtemps par des personnalités politiques de gauche, séduit désormais un grand nombre d'économistes.

Plus de 150 experts européens réputés, dont Thomas Piketty et l'ancien ministre belge Paul Magnette, viennent ainsi de lancer un appel pour l'annulation des dettes publiques détenues par la Banque centrale européenne (BCE). Mais cette proposition radicale est loin de faire l'unanimité. Des économistes, aussi bien libéraux que très à gauche, dénoncent une fausse bonne idée. Et les responsables des institutions financières opposent un non ferme et définitif à cette option. "L'annulation est inenvisageable", a coupé court Christine Lagarde, la patronne de la BCE, début février.

Mais pourquoi ce débat divise-t-il tant les économistes ? La perspective d'un grand soir de la dette est-elle une solution plausible ? Pourquoi des experts réputés très à gauche s'y opposent-ils ? Franceinfo fait le point sur les arguments des pour et des contre ainsi que sur ce que dit la réglementation.

Pourquoi l'Etat s'endette-t-il ?

Lorsque la France a besoin d'emprunter, elle émet des titres de dette sur les marchés financiers. Des investisseurs privés prêtent alors à l'Etat de l'argent en échange de ces titres. En retour, celui-ci (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi