L'art contemporain africain explose tous les plafonds à la maison Piasa

Par Sylvie Rantrua

Le tableau « The King Is Dead » du Camerounais Marc Padeu a surpris par l'intérêt qu'il a suscité à la vente aux enchères de la maison Piasa.

REPORTAGE. La 10e vente aux enchères organisée par la maison Piasa autour de l'art contemporain africain a atteint 1,43 million d'euros. Un record.


C'est la fête cette semaine pour l'art contemporain à Paris. À la veille de la tenue de la 4e édition de la foire AKAA (Also Known As Africa) ce week-end au Carré du Temple, dans le 4e arrondissement, la maison Piasa a organisé ce 7 novembre une vente aux enchères d'œuvres d'art contemporain africain. Et le résultat a été au-delà de toutes les espérances. Et pour preuve, le montant global des enchères s'est élevé à 1,43 million frais inclus, soit le double de son estimation haute. Il faut rappeler que six mois auparavant, la maison Piasa avait déjà atteint un montant de 1,3 million d'euros, toujours autour du thème de l'Afrique. Alors que les enchères se sont à la fois déroulées sur place, par téléphone, Internet mais aussi en tenant compte des ordres d'achat déposés avant la vente, quelque 125 lots présentés ont trouvé preneurs sur les 140 présentés. C'est dire. Et ô belle surprise, certains artistes ont littéralement explosé leur cote estimée. Ainsi du jeune peintre camerounais Marc Padeu, de l'Ougandais Joseph Ntensibe ou encore de l'Angolais Cristiano Mangovo Bras…

Lire aussi « Prête-moi ton rêve » d'artiste africain : exposer dans six capitales du continent

Lire aussi Art : Londres à l'heure africaine

Des envolées

Du haut de sa trentaine, Marc Padeu a séduit avec ses grandes toiles intitulées The King is Dead et Voici l'homme !, qui sont parties à 195 000 euros chacune alors qu'elles étaient estimées entre 5 000 et 8 000 euros. Au point où des observateurs du marché se sont dit qu'une erreur s'était glissée avec un zéro de plus. Mais non, pas d'erreur. Visiblement le travail de l'artiste qui réinterprète l'iconographie chrétienne et l'esthétique de la Renaissance a suscité un très vif intérêt. En revanche, en atteignant de tels (...) Lire la suite sur LePoint.fr

Salimata Diop : « La cote des artistes africains est en train de monter »
Olivier Théophile : « Il manque à l’Afrique un acteur pivot sur le marché de l'art contemporain »
Photo – Zanele Muholi : « Vous devez être fiers de ce que vous êtes »
Art contemporain : la foire AKAA à Paris pour casser les clichés
Recevez la newsletter Le Point.fr