L'arrivée du Bitcoin au Salvador en tant que devise nationale inquiète la population

·1 min de lecture

C'est une véritable révolution. Pour la première fois, un État va reconnaître une crypto-monnaie comme devise officielle. Il s'agit du Salvador, petit pays d'Amérique centrale, où la monnaie légale actuelle est le dollar. À partir du 7 septembre, le bitcoin, la plus célèbre des cryptomonnaies, aura cours légal à ses côtés.

Sur le papier, la mesure n'a que des avantages pour les Salvadoriens. Les transferts d'argent en bitcoin ne coûtent quasiment rien, la monnaie est utilisable à l'aide d'un simple smartphone, et surtout l'État a constitué un fond de 150 millions de dollars, afin d'offrir à tous les citoyens qui ouvriront un portefeuille électronique, un bonus équivalent à 30 dollars.

Pour le président Bukele, l'annonce faite en juin de vouloir officialiser le bitcoin comme devise nationale aux côtés du dollar américain, renforce son image de jeune président connecté et technophile.

Forte défiance

Pourtant en quelques semaines, la population est passée de l'euphorie au scepticisme. Une série de sondages réalisés en août montre que près de 70% de la population n'est pas favorable à l'officialisation du bitcoin et ne souhaite pas l'utiliser.

La défiance est forte, car les Salvadoriens redoutent les fluctuations que connait la cryptomonnaie et leurs conséquences pour leur portemonnaie. La semaine dernière, plusieurs centaines de manifestants ont réclamé l'abrogation de la loi bitcoin, tandis que depuis, l'armée protège les quelque 200 distributeurs automatiques en cours de déploiement, qui permettront d'utiliser la cryptomonnaie. Et les commerçants, les entreprises et les particuliers ne pourront plus refuser d'être payer en bitcoin.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles