L'arrestation de la directrice financière de Huawei met à mal la trêve entre Pékin et Washington

Libération.fr
Illustration.

La justice canadienne a annoncé détenir Meng Wanzhou directrice financière et fille du fondateur du géant chinois des télécoms.

Le président américain Donald Trump et son homologue chinois s’étaient entendus pour annoncer une trêve de quatre-vingt-dix jours dans leur conflit commercial, le week-end dernier en marge du sommet du G20 en Argentine. Le même jour, à plusieurs milliers de kilomètres au nord, le Canada procédait à Vancouver à l’arrestation de Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, à la demande de Washington. La dirigeante chinoise serait soupçonnée d’avoir violé l’embargo sur la vente de produits technologique américains à l’Iran. En plus d’être une cadre du géant chinois des télécoms, Meng (46 ans) est également la fille du fondateur de Huawei, Reng Zhengfei, ancien ingénieur retraité de l’Armée populaire de libération.

Pékin a tout de suite haussé le ton par la voie de son ambassade au Canada et demandé la libération immédiate de Meng tout en protestant «vigoureusement contre de telles actions qui portent une grave atteinte aux droits humains de la victime». De son côté le Global Times affirme dans son édito que cette arrestation va «clairement à l’encontre du consensus établi entre les dirigeants chinois et américains en Argentine».«De toute évidence, ne pouvant empêcher l’avance de Huawei sur le marché de la 5G, Washington a recours à une approche méprisable», poursuit le tabloïd nationaliste et organe d’Etat chinois. Huawei est la tête de gondole du projet de Pékin «Made in China 2025» qui vise à faire de la Chine le leader dans le secteur des hautes technologies et de l’innovation.

Contexte de méfiance autour de Huawei

Même si l’annonce de la trêve commerciale avait été perçue comme un accord a minima, les deux parties semblaient se satisfaire d’une désescalade des tensions qui inquiète l’économie mondiale depuis plusieurs mois. Pékin montrait son empressement à durcir la répression contre le trafic de fentanyl, cette drogue de synthèse qui a (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Dernier adieu à l’ex-président américain George H.W. Bush
L’EI résiste à l’ESt
Druzes de Syrie «Le régime a laissé faire l’EI pour nous punir»
L’arrestation d’une dirigeante de Huawei secoue les marchés boursiers mondiaux
Gilets jaunes, GAFA, Yemen... l'essentiel de l'actu de ce jeudi