L'Arménie et l'Azerbaïdjan respectent le cessez le feu après de nouveaux combats meurtriers

© Kommersant/Sipa

À la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, le cessez-le-feu était respecté jeudi en début d’après-midi. Le conflit de ces derniers jours entre ces deux pays du Caucase ont fait plus de 170 morts, menaçant de torpiller un processus de paix fragile. Les combats avaient éclaté mardi et ont pris fin dans la nuit de mercredi à jeudi « grâce à l’implication de la communauté internationale », a expliqué le Conseil de sécurité nationale arménien. La Russie, médiatrice traditionnelle dans cette région, avait annoncé une trêve dès mardi matin, mais celle-ci a été violée pendant deux jours, les deux camps s’accusant mutuellement de bombardements.

Un processus de paix menacé

Mercredi, l’Arménie a déclaré avoir la perte de 105 militaires et a accusé l’Azerbaïdjan d’avoir occupé une portion de 10 kilomètres carrés de son territoire. Bakou, de son côté, a annoncé jeudi la mort de 21 soldats supplémentaires lors des affrontements, portant son bilan à 71 militaires tués. Les deux pays se rejettent la responsabilité des affrontements, qui ont poussé des centaines de civils arméniens vivant dans la zone frontalière à fuir. Une délégation de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), une alliance militaire menée par Moscou, doit arriver ce jeudi à Erevan pour examiner la situation.

Les relations entre ces deux ex-républiques soviétiques rivales, sont historiquement compliquées. Avant la guerre, en 2020, les deux pays s’étaient déjà affrontés dans les années 1990 pour l’enclav...


Lire la suite sur LeJDD