L'armée turque poursuit ses bombardements contre des positions en Syrie

AP - Baderkhan Ahmad

L'armée turque a poursuivi jeudi 24 novembre ses raids aériens et ses tirs d'artillerie contre des localités et des positions militaires des forces kurdes et de l'armée régulière syrienne en Syrie. Depuis dimanche, 35 combattants kurdes et 23 soldats syriens ont été tués dans des pilonnages turcs, selon un décompte établi par l'ONG Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Avec notre correspondant dans la région, Paul Khalifeh

Après un répit de quelques heures, un drone turc a visé jeudi des positions militaires kurdes dans la province de Hassaké, au nord-est de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

L'artillerie turque a pour sa part pris pour cible sept localités près de la ville de Kobané, à l'est d'Alep, et une douzaine de villages et d'infrastructures militaires le long de la ligne de front séparant les régions contrôlées par Ankara et les territoires administrés par les forces kurdes dans le nord et le nord-est de la Syrie.

Les bombardements turcs ne font pas de distinction entre les combattants kurdes et l'armée gouvernementale syrienne, qui partagent le même front contre les rebelles proches d'Ankara et l'armée turque.

L'escalade dans ces régions, où de nombreux acteurs s'enchevêtrent, fait suite à l'attentat d'Istanbul, le 13 novembre, imputé par les autorités turques au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Depuis cette explosion qui a fait six morts et 80 blessés, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a menacé de lancer une offensive terrestre contre les bastions kurdes en Syrie.


Lire la suite sur RFI