Comment l'armée de terre cherche à développer la robotisation dans ses rangs

© Philippe LOPEZ / AFP

Comment faire fonctionner en autonomie des chiens-robots avec des drones pour désactiver des mines anti-char, ou repérer des pièges posés par l'ennemi ? C'est la question posée par l'armée de terre depuis un an à des étudiants en école d'ingénieurs qui construisent avec Thales ou Nexter des engins robotisés. Depuis mercredi, ils s'entrainent à faire la guerre sur le camp militaire de Beynes, dans les Yvelines, dans le cadre du challenge CoHoMa (pour collaboration homme-machine). C'est le premier challenge du genre lancé par l’armée. Europe 1 a pu observer ces manœuvres du futur.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Faire rentrer le robot dans la force conventionnelle"

Dans ce challenge, on voit une drôle de créature à quatre pattes qui s’élance sur le champ de bataille. Son rôle est de désactiver un piège qu’un drone vient de localiser. Ce chien-robot a été développé pendant un an par ces étudiants avec l’aide de groupes industriels de défense. Ils participent à ce défi lancé par l’armée de terre qui attend des solutions opérationnelles. "On est vraiment dans cette logique de faire rentrer le robot dans la force conventionnelle", explique le colonel Sébastien, directeur du laboratoire d’innovation, au micro d'Europe 1.

Le colonel souligne que le but est d'obtenir "des effets que jusqu'à présent on ne savait pas réaliser, en dehors d'envoyer des soldats et de risquer des vies pour réaliser des actions très techniques sur le terrain". Le matériel auto...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles