L'armée des robots soldats est en marche

·2 min de lecture

Des projets de plus en plus élaborés d’armes autonomes se multiplient partout dans le monde. Les enjeux : être plus efficace sur le terrain, assister les soldats et, surtout, limiter l’exposition des troupes.

Cet article est issu du magazine Sciences et Avenir - La Recherche n°896 daté octobre 2021.

L'histoire a fait le tour des médias en mars 2021. Dans la Libye en proie à la guerre civile, des drones autonomes armés Kargu-2, des quadricoptères de conception turque, auraient attaqué un convoi des forces antigouvernementales qui battait en retraite. Ce serait la première fois qu'un engin robotisé passe à l'attaque sans en avoir reçu l'ordre direct. Cité dans un rapport d'experts rédigé pour le Conseil de sécurité de l'ONU, l'accrochage remonte à mars 2020. Il n'en a pas fallu plus pour faire parler de "guerre de robots tueurs". Pourtant, après vérification, les faits ne tiennent que sur quelques lignes parmi les 556 pages que compte le rapport. Et s'il y est bien question de "systèmes d'armes létaux autonomes [...] programmés pour attaquer des cibles, sans qu'il soit besoin d'établir une connexion des données entre l'opérateur et la munition", on ignore en réalité si un tir a été déclenché et a fortiori s'il y a eu des victimes. Le drone était bien en "autoguidage automatique" mais rien ne dit que l'éventuelle ouverture du feu était, elle, en mode autonome.

Si l'annonce de la première attaque de robots autonomes semble donc prématurée, elle rappelle que des armées robotisées sont en train de se constituer partout dans le monde. Depuis une vingtaine d'années, les images de frappes menées par les drones aériens américains téléguidés en Afghanistan, au Pakistan ou en Irak sont devenues familières. Mais disons-le tout de suite, les "armes autonomes" et la "guerre algorithmique" relèvent encore de la fiction. Il n'empêche que des projets de plus en plus élaborés se multiplient. Les enjeux : être plus efficace sur le terrain, traiter plus d'informations et plus vite que ne saurait le faire un humain, assister les soldats en logistique ou en reconnaissance et, surtout, limiter l'exposition des troupes.

Transport de charges, sentinelles, reconnaissance…

Durant deux jours fin mar[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles