L'armée malienne retourne à Kidal, après six ans d'absence

L'ARMÉE MALIENNE RETOURNE À KIDAL, APRÈS SIX ANS D'ABSENCE

BAMAKO (Reuters) - L'armée malienne est retournée à Kidal jeudi, après en avoir été chassée par les rebelles séparatistes touaregs il y a six ans.

Parti lundi de Gao, un contingent de 240 soldats maliens est arrivé dans la ville du nord du Mali, a annoncé l'armée.

Ce retour marque une victoire symbolique pour l'Etat malien, qui s'emploie à restaurer son autorité dans le Nord, et une étape encourageante dans la mise en oeuvre de l'accord de paix conclu entre Bamako et les rebelles touaregs en 2015, qui prévoit une plus grande autonomie pour les Touaregs en échange du retour des forces maliennes dans la région.

Des photos diffusées par la mission des Nations unies au Mali, la Minusma, montrent le gouverneur local Sidi Mohamed Ag Ichrach accueillant l'arrivée du convoi dans ce berceau de la rébellion.

Le contingent est composé d'un tiers de militaires du rang, d'un tiers d'anciens séparatistes rebelles, et d'un tiers de miliciens progouvernementaux.

Le convoi a été accompagné par des casques bleus et des hélicoptères de la Minusma.

Au total, 428 soldats doivent être déployés dans la région de Kidal au cours des prochains jours, ont déclaré des responsables selon lesquels la présence de l'armée sera progressivement étendue à d'autres parties du nord du pays, où l'autorité de l'Etat malien est quasi inexistante.

Ibrahim Maiga, chercheur à l'ISS (Institute for Security Studies), reconnaît que le retour de l'armée malienne à Kidal a une forte charge symbolique mais estime que son importance reste à prouver.

"Je pense que c'est avant tout un test de la bonne foi des acteurs", dit-il. "Je vois cela plutôt comme un test que comme un tournant majeur ou une étape décisive."


(Paul Lorgerie, avec Tiemoko Diallo, version française Jean-Stéphane Brosse)