L'armée israélienne reconnaît une «forte probabilité» d'avoir tué la journaliste Shireen Abu Akleh

© HANDOUT / AFP

L'armée israélienne a reconnu pour la première fois lundi qu'il y avait "une forte possibilité" pour que la journaliste de la chaîne panarabe Al Jazeera Shireen Abu Akleh ait été tuée en mai par l'un de ses soldats.

Star d'Al Jazeera , la journaliste américano-palestinienne avait été tuée par balle le 11 mai alors qu'elle couvrait une opération militaire israélienne dans le camp palestinien de Jénine, bastion des factions armées palestiniennes dans le nord de la Cisjordanie occupée, où une unité spéciale tentait d'appréhender des "suspects", ce qui avait mené à des affrontements armés.

Israël rejetait les accusations jusqu'alors

Après la mort de Shireen Abu Akleh , équipée d'un gilet pare-balles avec la mention "presse" et d'un casque, l'Autorité palestinienne et son employeur Al Jazeera avaient immédiatement accusé l'armée israélienne de l'avoir tuée. Israël  n'a cessé de rejeter cette accusation et ce malgré des enquêtes journalistiques et un rapport de l'ONU concluant à un tir israélien, qui excluaient toutefois qu'il ait été délibéré.

 

>> LIRE AUSSITrêve précaire entre Israël et le Jihad islamique, 44 morts à Gaza en trois jours

Or lundi, l'armée israélienne a publié les "conclusions finales" de son enquête et reconnu qu'un de ses soldats avait bien tiré en direction de la journaliste en se méprenant sur son identité: "Il y a une forte possibilité que Madame Abu Akleh ait été touchée accidentellement par un tir de l'armée israélienne qui visait des suspects iden...


Lire la suite sur Europe1