Alliance entre LaRem et la droite dans le Sud, LR réplique

·2 min de lecture
ALLIANCE ENTRE LAREM ET LA DROITE DANS LE SUD, LR RÉPLIQUE

PARIS (Reuters) - Le parti d'Emmanuel Macron, La République en marche (LaRem), et les Républicains (LR) présenteront une liste commune aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), un rapprochement qui interroge la droite à un an de l'élection présidentielle.

La secrétaire d'Etat Sophie Cluzel figurera sur la liste emmenée par le président LR sortant de la région, Renaud Muselier, engagé dans un duel avec le Rassemblement national, qui avait remporté 45% des voix aux dernières régionales.

Dénonçant des "petites manoeuvres", le parti Les Républicains a retiré son investiture à Renaud Muselier.

"Après l’annonce des petites manoeuvres électorales en Paca par Jean Castex, Renaud Muselier, conformément aux règles Les Républicains qui imposent qu'il n'y ait aucun accord de 1er tour avec En marche, ne pourra pas bénéficier de l'investiture LR", a écrit Christian Jacob, le président de LR, sur Twitter.

L'annonce de l'alliance aux régionales a été faite par le Premier ministre lui-même dans le Journal du dimanche.

"La majorité présidentielle répond très favorablement à l'initiative de Renaud Muselier", a déclaré Jean Castex.

"Cette union va bien au-delà des accords d'appareil, c'est un exemple de la recomposition politique", a ajouté le chef de la majorité, qui ne voit "aucun obstacle de principe" à des accords de ce type dans d'autres régions.

Renaud Muselier a critiqué le retrait de son investiture par les Républicains en dénonçant sur Twitter l'"agressivité" du parti.

"Hier, ma famille politique me soutenait à l'unanimité car j'étais le meilleur pour ma région. Aujourd'hui, parce que Jean Castex annonce retirer la liste LREM, je suis accusé de trahison !", a-t-il écrit.

Son initiative a reçu l'appui du maire de Nice, Christian Estrosi, lui aussi issu de LR.

"Je le soutiens avec force parce que je veux que notre région continue à porter des valeurs de tolérance et de responsabilité et parce que contrairement à ceux qui ne pensent qu'aux échéances présidentielles ou législatives, nous n'avons pour objectif que de faire avancer les Alpes, la Provence et la Côte d'Azur", a-t-il déclaré.

Les élections régionales doivent avoir lieu les 20 et 27 juin prochains.

Invité sur Europe 1, le porte-parole du gouvernement a défendu les vertus du "dépassement politique".

"On peut travailler avec des personnes qui viennent d'autres horizons politiques dès lors qu'on a des valeurs communes et un programme", a dit Gabriel Attal, lui-même issu du Parti socialiste.

"Si vous me posez la question de savoir si je souhaite que des personnes qui viennent de la gauche, notamment du Parti socialiste ou même d'Europe Ecologie, puissent nous rejoindre, évidemment que je le souhaite", a-t-il ajouté.

(Elizabeth Pineau et Marc Angrand)