L'archipel du Vanuatu déclare l'état d'urgence climatique

En déclarant l’état d’urgence climatique, le Parlement du Vanuatu suit l’exemple de dizaines d’autres pays, comme le Canada, la Grande-Bretagne ou encore les Fidji.

Dans un discours devant le Parlement, le Premier ministre Bob Loughman a déclaré ce vendredi l’état d’urgence climatique. « La Terre est déjà trop chaude et peu sûre. Nous sommes en danger maintenant, pas seulement dans le futur », a déclaré M. Loughman.

L’archipel du Pacifique, qui abrite 300 000 habitants, subit depuis des années la montée des eaux et a essuyé en dix ans deux cyclones et une importante sécheresse.

Le Premier ministre du Vanuatu a également estimé à un 1,2 milliard de dollars les besoins de son pays pour faire face au changement climatique d’ici 2030 - une somme qui devra venir en majorité de pays donateurs. Le Vanuatu bénéficiera peut-être de l’aide de l’Australie. Après dix ans de gouvernement conservateur, le pays a élu un chef de gouvernement travailliste. Et Canberra a promis cette semaine lors du Forum des iles du Pacifique une remise à zéro de sa politique sur le climat.

« L’urgence de la crise »

C’est aussi un message aux autres dirigeants qu’a adressé M. Loughman. « La responsabilité du Vanuatu est de faire en sorte que les nations responsables fassent correspondre leur action à l’importance et à l’urgence de la crise », a-t-il déclaré.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles