Larcher pointe une France "qui s'interroge, qui doute parfois"

"La France de janvier 2023 est une France qui s'interroge, qui doute parfois", a affirmé mardi le président LR du Sénat Gérard Larcher à l'occasion de ses voeux aux sénateurs.

"Il y a les réformes qui se profilent, je les juge personnellement nécessaires, même si certaines susciteront des mobilisations sociales et des débats passionnés", a-t-il développé en présence de la Première ministre Elisabeth Borne, citant la réforme des retraites.

"Il nous faudra échapper aux postures, aux blocages, pour répondre aux inquiétudes et aux questions, nombreuses, de nos concitoyens", a déclaré M. Larcher, rappelant que la réforme envisagée par le gouvernement n'est "pas très éloignée de ce que propose avec constance et dans un esprit de dialogue la majorité sénatoriale depuis 4 années".

"Non, le Parlement n’est pas une ZAD ! Il peut parfois être un lieu de débats passionnés mais il doit être aussi le lieu du discernement et de la raison", a-t-il souligné par ailleurs.

Le président du Sénat a appelé le gouvernement à engager "sans tarder" des réformes structurelles, évoquant "la maîtrise de notre dépense publique, l’école", ou le système de santé, "qui est sans doute l’une des premières préoccupations de nos concitoyens et de nos élus".

Il a aussi appelé de ses voeux une "grande loi de décentralisation et de libertés locales".

"Ce n’est pas que d’un texte de répartition nouvelle de compétences, de réorganisation de l’État (...) dont nous avons besoin, c’est plus que cela !", a déclaré M. Larcher.

"C’est à une nouvelle architecture de la responsabilité et de la décision que j’appelle : cela s’appelle liberté, cela rompt avec la verticalité", a-t-il poursuivi.

M. Larcher a précisé que le groupe de travail sur la décentralisation et les libertés locales installé en octobre dernier au Sénat publiera ses conclusions "au printemps".

"Il semble que la réforme de nos institutions soit de nouveau à l’ordre du jour au cours de ce quinquennat. Nous y sommes prêts", a encore affirmé le président du Sénat, indiquant qu'un groupe de travail transpartisan a été créé au Sénat.

"Attention à la juste représentation des territoires et au respect de nos équilibres constitutionnels", a-t-il mis en garde.

vm/cs/mpm