L'arbitraire juridique au Venezuela dénoncé par Amnesty

Libération.fr
Arrestation d'un manifestant samedi à Caracas.

L'ONG reproche au gouvernement de Nicolás Maduro d'influer sur la justice pour «punir ceux qui expriment un point de vue différent de la position officielle».

Le rapport publié mercredi par Amnesty International (AI) jette une lumière crue sur l’absence de séparation des pouvoirs au Venezuela : «Il semble qu’il n’y ait aucune limite à la détermination des autorités lorsqu’il s’agit d’employer des moyens juridiques très variés pour punir ceux qui expriment un point de vue différent de la position officielle», affirme Erika Guevara-Rosas, directrice pour les Amériques de l’ONG.

Intitulé «Réduits au silence par la force», le texte de 24 pages dévoile les cas de personnes emprisonnées, parfois sans motif clairement établi, et dont les droits sont bafoués. Dans la plupart des cas, c’est le Service bolivarien de renseignement national (Sebin) qui est à la manœuvre à travers des arrestations «sans mandat, des poursuites engagées contre des militants non violents pour des infractions "contre la patrie", du recours injustifié à la détention provisoire» poursuit AI.

Explosifs saisis

En octobre 2016, José Vicente García, militant du parti d’opposition Voluntad popular (VP) dans l’Etat de Táchira, est arrêté. Le Sebin le photographie devant des grenades et des uniformes militaires retrouvés dans sa voiture ; ou déposés là par la police, selon sa femme. La justice a ordonné sa remise en liberté faute de preuves crédibles, mais le Sebin l’a transféré à son siège à Caracas, où il se trouverait toujours.

D’autres cas dénoncés par Amnesty concernent la comparution de civils devant la justice militaire. Or «ces juridictions spéciales, non indépendantes, sont rarement impartiales et ne devraient pas juger des civils» souligne le rapport. Steicy Escalona est dans cette situation. Elle aussi membre de VP, elle a été arrêtée en compagnie du député de la même formation Gilber Caro. Des explosifs auraient été saisis dans leur véhicule. La jeune femme inculpée de «vol de (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Attaque au gaz sarin : Damas est responsable, selon un rapport français
La Chine demande aux Etats-Unis de stopper leurs exercices en Corée du Sud
Syrie: 28 morts dans les frappes turques contre les forces kurdes
L’UE accentue la pression sur la Hongrie, Orban rejette des «préjugés»
Les corrompus ne sont plus intouchables en Espagne

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages