L'arbitrage video utilisé pour la première fois en France face à l'Espagne (et il n'a pas chômé)

Maxime Bourdeau
L'arbitrage video utilisé pour la 1re fois en France face à l'Espagne (et il n'a pas chômé)

SPORT - L'assistance vidéo a été utilisée pour la première fois en France mardi lors du match amical France-Espagne au Stade de France, sur un but d'Antoine Griezmann finalement refusé pour hors-jeu, puis sur un but de Delofeu, cette fois-ci validé.

Griezmann pensait ouvrir le score à la 48e et avait même célébré son but avec le banc. Mais l'arbitre a fait appel à la vidéo et a annulé le but à cause d'un hors-jeu du passeur décisif Layvin Kurzawa.


A la 78e, Delofeu inscrivait à son tour un but au terme d'une action bien construite mais l'arbitre demandait là encore l'assistance vidéo. Après quelques instants d'attente, le but était bien validé et l'Espagne faisait le break (2-0).


L'assistance vidéo peut être utilisée dans quatre situations de jeu seulement: après un but marqué, sur une situation de penalty, pour un carton rouge direct ou pour corriger une erreur d'identité d'un joueur sanctionné.

L'arbitrage vidéo n'est pas encore formellement autorisé par l'International Board (Ifab), l'organisme garant des règles du football, mais est en phase de test dans plusieurs pays. L'Ifab doit se prononcer en mars 2018. Le président de la Fifa Gianni Infantino souhaite sa mise en place définitive pour la Coupe du monde 2018 en Russie.

"Ca a un peu tué notre match", a jugé le latéral gauche Layvin Kurzawa, très sceptique. Avant la vidéo, "tout le monde faisait des erreurs. Les arbitres aussi. Ca faisait partie du foot. Ca devrait continuer comme ça". L'attaquant Kevin Gameiro n'avait pas l'air vraiment convaincu non plus: "Ca casse un peu la beauté du match, mais comme je l'ai dit,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages