L'Arabie va lever son embargo sur le Qatar

par Steve Holland et Aziz El Yaakoubi
·3 min de lecture
L'ARABIE VA LEVER SON EMBARGO SUR LE QATAR

par Steve Holland et Aziz El Yaakoubi

WASHINGTON/RYAD (Reuters) - L'Arabie saoudite et le Qatar vont signer mardi un accord pour mettre fin à plus de trois ans de conflit diplomatique au cours duquel le royaume saoudien, suivi par trois autres pays arabes, a imposé un embargo à son voisin du Golfe.

Cité par l'agence de presse SPA, le prince héritier saoudien, Mohamed ben Salman, a déclaré que la réunion annuelle des dirigeants des pays du Golfe mardi dans son pays permettrait de serrer les rangs "face aux défis auxquels la région est confrontée".

L'émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al Thani, participera à ce sommet, a annoncé le palais royal.

D'après un responsable de l'administration américaine, le prince héritier saoudien et l'émir du Qatar signeront à cette occasion l'accord entre leurs deux pays.

Dans le cadre de cet accord, l'Arabie saoudite va rouvrir dès ce lundi ses frontières terrestres, maritimes et aériennes avec le Qatar, a déclaré le ministre des Affaires étrangères du Koweït, Ahmad Nasser al Sabah, à la télévision koweïtienne.

L'Arabie, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont imposé en 2017 un embargo commercial et diplomatique au Qatar en accusant cet émirat de soutenir le "terrorisme", ce que ce dernier dément.

Le Qatar va pour sa part suspendre toutes les procédures juridiques engagées contre cet embargo, a dit le responsable américain.

Tous les pays impliqués dans ce conflit diplomatique sont des alliés des Etats-Unis et son issue prolonge la série d'accords de normalisation conclus ces derniers mois sous l'égide de Washington entre Israël et plusieurs pays arabes afin de tenter de présenter un front uni face à l'Iran.

D'après le même responsable américain, Jared Kushner, gendre et conseiller du président américain Donald Trump, a une nouvelle fois été à la manoeuvre pour parvenir à cette détente entre pays du Golfe et il a multiplié les entretiens téléphoniques jusque lundi matin pour aboutir.

Jared Kushner, le représentant américain pour le Moyen-Orient Avi Berkowitz et le conseiller spécial du département d'Etat Brian Hook se sont envolés pour la ville saoudienne d'Al Ula où est organisé le sommet de mardi, a dit ce responsable.

"C'est une énorme percée", a déclaré ce responsable. "Cet embargo sera levé. Cela va permettre les déplacements entre les pays ainsi que (le commerce de) marchandises. Cela va conduire à une plus grande stabilité dans la région."

D'après des diplomates au Moyen-Orient, l'Arabie saoudite était désireuse de mettre fin à ce conflit diplomatique afin de s'afficher auprès de Joe Biden, qui succédera à Donald Trump le 20 janvier à la présidence des Etats-Unis, comme une puissance pacificatrice et ouverte au dialogue.

Les Etats-Unis disposent de 10.000 soldats au Qatar, qui abrite leur plus importante base militaire dans la région. Des milliers d'autres militaires américains stationnent aux Emirats arabes unis, au Koweït, à Bahreïn et en Arabie saoudite.

(Nayera Abdallah; version française Bertrand Boucey)