L'appel de la sénatrice Nathalie Goulet à accueillir en France les auxiliaires afghans de l'armée française

·1 min de lecture

Voici la tribune de Nathalie Goulet, la sénatrice UDI de l'Orne : "Un Afghan est mort assassiné. Quelle importance, me direz-vous, pour nous qui sommes loin de ce pays et de son agonie? Cet Afghan, père de cinq enfants, s'appelait Abdul Basir et, comme beaucoup d'autres, il avait été auxiliaire de l'armée française. C'est une mort par indifférence dont nous sommes collectivement les complices. Notre armée a eu recours, en Afghanistan, à des interprètes, ouvriers polyvalents, physionomistes, sans lesquels elle aurait été sourde et muette. Après la fin des opérations, certains ont été "relocalisés" en France, les autres sont restés, comme les harkis jadis, abandonnés et considérés comme des traîtres par leurs concitoyens, ciblés, menacés ou tués.

Abdul Basir, interprète, faisait partie de ces oubliés de la France. Je veux lui rendre hommage et dire ma colère teintée d'un sentiment d'échec. Si avec le journaliste Quentin Muller, qui a mené une croisade jusqu'à l'épuisement, Brice Andlauer, Frédéric Pineau et d'autres, avec l'Association des interprètes afghans, nous n'avons cessé d'alerter l'opinion publique, nous n'avons pas pu protéger Abdul et ses collègues de nos ennemis communs, de leurs bourreaux.

"

La France doit être à la hauteur des services qu'Abdul Basir lui a rendus au péril de sa vie

"

Nous avons lancé des pétitions, sensibilisé les élus, comme le maire de Colombelles (Calvados) qui a accueilli Mirzai et sa famille, arrivé, après sept ans de procédure, démuni mais vi...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles