L’appel d’Alain Juppé pour plus de démocratie participative

Alain Juppé s'inquiète d'une « montée des populismes et des fanatismes, d’une forme d’obscurantisme ».  - Credit:LUDOVIC MARIN / AFP
Alain Juppé s'inquiète d'une « montée des populismes et des fanatismes, d’une forme d’obscurantisme ». - Credit:LUDOVIC MARIN / AFP

La démocratie représentative est-elle en danger ? L'ancien Premier ministre Alain Juppé, désormais membre du Conseil constitutionnel, a accordé un entretien au Parisien à l'occasion des 20 ans de son ancien parti, l'UMP – non célébrés par son héritier, Les Républicains –, et en a profité pour revenir sur l'état de la démocratie française. Selon l'ancien patron du parti de droite, la démocratie représentative est en pleine crise, qui « se manifeste par le déclin des partis, par le discrédit de la classe politique et surtout l'abstention ».

Alain Juppé propose une solution : davantage de démocratie participative. « Il faut […] répondre à l'aspiration des citoyens d'être mieux associés à la prise des décisions qui les concernent. Au niveau local, cela se fait déjà bien. […] Comment faire au niveau national ? » demande-t-il, avant d'établir un état des lieux des options existantes aujourd'hui : « Il y a bien des conventions citoyennes, mais ça ne marche pas très bien, c'est le moins que l'on puisse dire. Il y a aussi le référendum d'initiative partagée, mais il a été conçu très savamment par les constituants pour ne pas fonctionner. » Selon l'ancien maire de Bordeaux, reste alors à « inventer » un nouveau « modèle de démocratie participative » et il propose « une nouvelle décentralisation ».

À LIRE AUSSICoignard – Popularité : l'énigme Édouard Philippe

Une inquiétude pour la liberté

Celui qui s'est éloigné de son ancienne famille politique, à qui il reproche une d [...] Lire la suite