L'appel de 51 personnalités sur les violences sexuelles : "Les enfants doivent être enfin protégés"

·1 min de lecture

La tribune : "Monsieur le Président, avec #MeTooInceste et les dénonciations massives des violences faites aux enfants, nous avons été des milliers à prendre la parole pour révéler l'ampleur de ces crimes odieux qui gangrènent la société. Notre vécu, notre expérience nous dictent les mesures qui permettraient enfin de protéger les enfants : notamment la reconnaissance de l'inceste et de l'amnésie traumatique, l'imprescriptibilité de ces crimes et un seuil d'âge de non-consentement à 15 ans, ou 18 ans en cas d'inceste.

'C'est aujourd'hui à nous d'agir' : par cet engagement, vous avez donné l'espoir que nos prises de parole ne seraient pas vaines.

Mais si votre gouvernement avait voulu agir, il aurait mis en procédure accélérée l'examen de la proposition de loi d'Isabelle Santiago, adoptée à l'unanimité par l'Assemblée nationale le 18 février, et qui représente une véritable avancée : dès le mois de mars, nous aurions eu une loi claire avec des seuils d'âge bien définis. Au lieu de cela, vous avez choisi de jouer la montre en présentant la proposition de loi Billon, décriée par les victimes et les associations car elle prévoyait un seuil d'âge de non-consentement à 13 ans et rien sur l'inceste.

Si des avancées ont été obtenues dans les textes, à l'Assemblée et au Sénat, avec un seuil d'âge ramené à 15 ans (18 ans en cas d'inceste), ce ne sont que des aménagements de façade. Derrière son titre de 'loi pour renforcer la protection des mineurs', ce dispositif fragilise la protecti...


Lire la suite sur LeJDD