L'app Zoom corrige la fuite de données personnelles vers Facebook

Fabrice Auclert, Journaliste

Le télétravail et le confinement ont permis à des applications d’exploser leur nombre d’utilisateurs, et c’est le cas notamment de Zoom, un service gratuit de vidéoconférence très prisé en entreprise pour les réunions entre collaborateurs mais aussi en famille pour créer des apéros virtuels ou dans les établissements scolaires pour les cours en ligne.

Pour donner une idée du succès fulgurant de cette application, elle est numéro 1 des téléchargements sur l’App Store, avec deux millions de téléchargements par jour lundi et mardi derniers. À titre de comparaison, en janvier, cette application affichait environ 50.000 téléchargements par jour…

Lorsqu'on décide de s'inscrire en utilisant Facebook, on accepte que des données personnelles soient partagées. © Zoom

Attention au bouton Facebook dans les applications

Le souci, c’est que la semaine dernière, nos confrères de Motherboard révélaient que la version iOS de l’application agissait comme un mouchard de Facebook. Plus exactement, Zoom envoyait à Facebook des données personnelles comme le nom de l’opérateur de téléphone mobile, le modèle de téléphone utilisé, la ville d’où il se connectait mais aussi un tracker pour cibler les publicités. C’est d’autant plus gênant qu’à aucun moment, l’utilisateur n’en était averti, et ce même s’il ne possédait pas de compte Facebook.

Face au tollé provoqué par cette découverte, Zoom a annoncé ce week-end qu’il avait désactivé cet envoi de données vers Facebook, confirmant au passage que c’était dû au fait que son application s’appuyait sur le kit de développement de Facebook. Celui-ci n’apparaît plus dans le code, il permettait simplement de se créer un compte Zoom en utilisant ses identifiants Facebook. Ce que proposent d’ailleurs bon nombre d’applications, et il faut donc se méfier des passerelles créées entre une application et Facebook. Si ce bouton « Facebook » simplifie l’inscription, il n’en demeure pas moins qu’il inclut le partage de données personnelles.


> Lire la suite sur Futura