L'Antarctique se couvre d'algues vertes

Julie Kern, Rédactrice scientifique

Avec le réchauffement climatique, le continent blanc qu’est l’Antarctique se teinte peu à peu de vert. On doit ce phénomène à la prolifération d’une microalgue qui se développe sur la neige de l’Antarctique. Quand elle est présente en grande quantité, elle forme de larges taches vertes sur la neige fondue.

Grâce à six années d’images prises par les satellites Sentinel-2 de l’ESA et des données du terrain, des chercheurs de l’université de Cambridge ont pu cartographier les zones devenues vertes de la péninsule Antarctique, la région la plus au nord du continent. Les détails de cette carte inédite sont publiés dans Nature Communications.

Une photo d'une efflorescence d'algue sur la neige de l'Antarctique prise en janvier 2018, sur l'île d'Anchorage. © Gray et al., Nature Communications

L'Antarctique tachée de vert

Sur la carte produite par les scientifiques, on dénombre 1.679 efflorescences d’algue verte. Assemblées, c’est 1,9 kilomètre carré de glace qui tourne au vert. Les efflorescences se situent là où les températures ont le plus augmenté, notamment sur les innombrables îlots de la péninsule Antarctique qui ont connu des records de température l’été dernier. Elles sont moins présentes dans les régions plus froides, au sud de la péninsule.

Mais ce n’est pas le seul facteur qui favorise la poussée de ces larges zones vertes. En effet, la faune marine fournit aux microalgues les nutriments dont elles ont besoin pour se multiplier. Ainsi, 49 % des zones de prolifération sont à moins de 100 mètres du rivage et 60 % dans un périmètre de cinq kilomètres autour d’une colonie de manchots. Les efflorescences les plus denses ont été observées à moins d'un kilomètre des pingouins.

Cette explosion de biomasse, qui représente plus de 1.000 tonnes de biomasse sèche à l’année, est aussi un formidable puits de carbone. Selon l’estimation des scientifiques, ces algues photosynthétiques peuvent absorber 479 tonnes de CO2 chaque année. Cela peut paraître beaucoup mais c’est une...

> Lire la suite sur Futura