L'Anses met en garde contre les pilules contraceptives pour chattes et chiennes

Pixabay

L'utilisation de pilules contraceptives sur les chattes et les chiennes doit faire l'objet d'une surveillance importante et de plusieurs précautions, rappelle l'Anses.

Empêcher les chats de se reproduire est d'une importance capitale car cela limite la prolifération tous azimuts des félins qui finissent bien souvent par errer dans les rues sans aucune prise en charge, notamment vétérinaire. Selon la , qui œuvre pour la stérilisation et l'identification des chats errants, "un couple de chats non-stérilisés peut engendrer jusqu’à 20.000 descendants en 4 ans". La question de la stérilisation chez le chien, notamment via une chirurgie, se pose aussi bien souvent pour des raisons de santé.

La prise en charge de cette gestion de la reproduction peut se faire de différentes manières. L'une d'elle consiste en l'administration d'une pilule contraceptive orale aux chiennes et aux chattes, uniquement sous ordonnance vétérinaire depuis 2012. Si l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) ne remet pas en cause l'efficacité de ces médicaments, elle met en garde contre leurs potentiels effets secondaires.

"Des effets secondaires bien connus et documentés"

"Les pilules contraceptives pour chattes et chiennes qui contiennent de l’acétate de mégestrol ou de l’acétate de médroxyprogestérone sont efficaces à condition de respecter leurs modalités d’administration, en particulier la période du cycle sexuel et la fréquence de l’administration. En revanche, elles ont des effets secondaires bien connus et documentés dans la littérature scientifique", met en garde . L’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV), qui dépend de l'Anses, .

À ce jour, elle compte une vingtaine de déclarations chaque année pour ces pilules à cause d'effets secondaires engendrés par leur action hormonale et qui peuvent aller jusqu'à la mort de l'animal. "Ils sont principalement d’ordre génital (infections, hypertrophies et tumeurs de l’utérus, hypertrophies et tumeurs mammaires), et hormonal (diabète sucré). Ils surviennent surtout suite à une prise prolongée, mais un traitement de courte durée peut également les dé[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles