L'année 2022 a été une catastrophe pour les glaciers des Alpes, selon ce chercheur

Unsplash

“Ce qui s’est passé en 2022, et particulièrement cet été, est exceptionnel.” Christian Vincent est chercheur pour le CNRS à l’Institut des Géosciences de l'Environnement de Grenoble. Il étudie depuis plusieurs années les glaciers de la chaîne montagneuse des Alpes. “On connaît bien les glaciers. Ils sont observés dans le cadre de l’Observatoire Glacioclim, financé principalement par le ministère de la Recherche.” Dans la région alpine française, 5 glaciers sont étudiés plusieurs fois par an “depuis 60, 70 ans même”, avec un oeil attentif depuis plusieurs années sur leur altération due au changement climatique.

Depuis les années 1980, et plus particulièrement le début des années 2000, le réchauffement climatique a commencé à fortement impacter les Alpes. “Les glaciers perdent de leur masse. On l’a observé en France, mais aussi en Italie, en Suisse et en Autriche. Depuis deux décennies, les glaciers ont perdu entre 1m40 et 2 m d’épaisseur de glace par an. Ce n’est pas quelque chose d’uniforme, ni constant dans le temps, mais c’est la tendance depuis 2000.” Par comparaison, ces glaciers ne perdaient qu’entre 20 et 60 cm d’épaisseur par an au cours du 20ème siècle. “L’évolution est très très forte”, constate-t-il. Et cette année a été malheureusement l’année de tous les records. “Entre octobre 2021 et octobre 2022, on estime que les glaciers alpins ont perdu entre 3 et 4 m d'épaisseur de glace. Ils ont perdu entre 5 et 7% de leur volume en une seule année. C’est énorme. On n’a jamais (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pourquoi les éoliennes tournent-elles quand il n'y a pas de vent ?
Nos meilleurs conseils pour conserver la chaleur dans votre maison
Les huit dernières années en passe d’être les plus chaudes jamais enregistrées
Le blanc d'œufs, une solution contre les microplastiques des océans ?
Quelle est la durée de vie des déchets nucléaires ?