La langue française, un inconvénient au Canada? Face au tollé, une société forcée de s'excuser

Jeanne Bulant avec AFP
·2 min de lecture
Le drapeau canadien au-dessus de l'ambassade du Canada à Pékin en janvier 2019 (Photo d'illustration). - GREG BAKER © 2019 AFP
Le drapeau canadien au-dessus de l'ambassade du Canada à Pékin en janvier 2019 (Photo d'illustration). - GREG BAKER © 2019 AFP

Le français, l'un des inconvénients de la vie au Canada? En le suggérant sur son site, une société canadienne spécialisée dans l'immigration a provoqué un tollé dans la communauté francophone et forcé son PDG à présenter de plates excuses jeudi.

Pour résumer aux candidats à l'immigration les bons et les moins bons côtés de la vie au Canada, la société de consultants en immigration, MDC Canada, basée à Vancouver dans l'ouest anglophone du pays, a publié un tableau avec deux colonnes, les "pour" et les "contre".

"Des propos déplorables, inacceptables"

Dans cette dernière, elle avait mis, aux côtés de l'hiver "un peu froid" ou des procédures de visa parfois longues, une mention qui a fait bondir: "de nombreuses personnes parlent français".

Cette publication sur sa page Facebook, fin février, a rapidement soulevé une vague d'indignation sur les réseaux sociaux québécois, dans les associations francophones et jusqu'au gouvernement fédéral.

"Ce sont des propos déplorables, inacceptables et les francophones du pays méritent des excuses", a déclaré la ministre chargée des Langues officielles Mélanie Joly, qui a récemment présenté un projet visant à renforcer la place du français dans ce pays aux deux langues officielles.

"Est-ce qu'on est en train de dire aux immigrants que 10 millions de personnes qui parlent le français au Canada, c'est un problème?", s'est indigné le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, Jean Johnson, cité par les médias.

La publication retirée des réseaux

Face à cette levée de boucliers, le PDG de la société MDC Canada a retiré la publication et présenté ses excuses.

"Aujourd'hui, nous avons eu retour de la colère et du mécontentement compréhensible de la communauté francophone", a déclaré David Allon, en français (et en anglais) dans le texte. "Nous voulions de ce fait présenter nos plus sincères excuses de façon publique."

La tableau incriminé a été rédigé par un collaborateur extérieur et il "n'a pas pu être vérifié, notre rédacteur en chef ayant été hospitalisé au moment des faits", explique David Allon. Il se présente comme un "fier Canadien francophone qui a grandi à Montréal" et dit s'être lui aussi senti "personnellement offensé" par l'article.

Article original publié sur BFMTV.com