"De l'angoisse et des larmes" : comment Emmanuel Macron a fait évoluer la communication de crise

L’idée d’union nationale est désormais loin derrière nous. Au fur et à mesure que la France s’enfonçait dans la crise sanitaire, frappée chaque jour un peu plus fort par l’épidémie de coronavirus, les opposants à Emmanuel Macron et Edouard Philippe tiraient à boulets rouges sur leurs décisions et leur gestion globale de cette situation inédite. Des opposants bien aidés par les couacs de certains membres du gouvernements (reprise de l’école annoncée pour le 4 mai par le ministre de l’Education nationale, appel du ministre de l’Agriculture à aller travailler dans les champs alors que l’heure est au confinement, les bourdes de Sibeth Ndiaye…) et une certaine division sur la stratégie à adopter pour empêcher le Covid-19 de nuire.

Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont décidé de changer de ton et de resserrer quelque peu la communication afin de la rendre plus lisible et transparente. Dès samedi, dans une conférence de presse organisée avec le ministre de la Santé, Olivier Véran, le Premier ministre s’est montré direct: « Les quinze premiers jours d’avril seront encore plus difficiles que les quinze jours qui viennent de s’écouler». Un proche de Matignon a confié au Figaro la nécessité de livrer «une photographie complète et précise de la situation. Il fallait que les Français sachent d’où l’on vient, où nous sommes et où nous allons».

La communication gouvernementale devrait désormais tourner autour de deux axes : « lisibilité et simplicité ». Un membre de l’entourage d’Emmanuel Macron

Retrouvez cet article sur GALA

Le portrait de Didier Raoult bientôt à côté de celui de Zidane à Marseille ?
Jacques Dutronc - Françoise Hardy : les secrets de l'amour fou de leur couple atypique
“Agnès Buzyn n’est pas folle” : les propos de l’ancienne ministre n’ont pas fini de faire réagir
Sussex Royal, c’est fini : Meghan Markle et Harry ont posté leur dernier message
Meghan Markle et Harry : ce camouflet de la reine à quelques heures du Megxit