De l'andouille de Vire à la tarte aux pommes, l'héritage culinaire de Flaubert

·1 min de lecture

Madame Bovary, L'Éducation sentimentale ou encore, La tentation de Saint Antoine... Voilà quelques œuvres que Gustave Flaubert a laissées derrière lui, des ouvrages littéraires dont le succès n'est plus a prouver. Pourtant, dans ces écrits, un autre héritage est présent mais sous-estimé. Celui de la gastronomie française, et plus particulièrement de la gastronomie normande, que le célèbre auteur a connue dans son enfance. C'est le constat fait par la journaliste Valérie Duclos et qui l'a poussé à écrire À la table de Flaubert.

Dans ce livre, elle revient sur les extraits qui parlent de nourriture dans l'œuvre de Flaubert. Mais elle a également cherché à retranscrire les recettes des plats mentionnés en faisant appel à des chefs. Un travail qu'elle raconte dans l'émission de Laurent Mariotte, "La Table des bons vivants". 

>> Retrouvez La Table des bons vivants en podcast et en replay ici 

L'aura d'un bon vivant

"Mon ouvrage, est une balade touristique pour découvrir ou redécouvrir la Normandie à travers les textes de Flaubert", explique Valérie Duclos. "J'ai également extrait les recettes que j'ai confiées à des restaurateurs, des chefs rouennais, qui en ont fait des plats du 21e siècle. Le tout en partant d'écrits du 19e." Une chose est sûre : les recettes gourmandes sont au rendez-vous car Gustave Flaubert était un bon vivant.

"Il faut savoir qu'il se rendait deux fois par mois minimum à des dîners littéraires avec Maupassant notamment." Parmi les plats fétiches de l'au...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles