Landes: ce que l'on sait de l'atterrissage d'urgence à Biscarosse et du probable suicide du co-pilote

·4 min de lecture
C'est un piper de modèle semblable qui s'est posé en urgence à Biscarosse - Stahlkocher via Wikimedia Creative Commons
C'est un piper de modèle semblable qui s'est posé en urgence à Biscarosse - Stahlkocher via Wikimedia Creative Commons

Le drame qui s'est joué mardi dans les Landes est encore empreint de plusieurs zones d'ombres. Dans un premier temps, les médias avaient fait état d'un avion de type piper qui avait dû procéder à un atterrissage d'urgence sur une plage de Biscarosse. À bord de l'appareil, deux individus, un pilote d'une soixantaine d'années pétri d'expérience et un second, bien plus jeune, qui avait été porté disparu après l'accident

Quelques heures plus tard, le corps du co-pilote, âgé de 32 ans, avait finalement été retrouvé sur une plage du centre d'essais de missiles des Landes, une zone militaire qui s'étend sur plus de 15.000 hectares entre Mimizan et Biscarosse.

"Épisode délirant"

Désormais, la chronologie de l'accident se fait plus précise. "C’était jusque-là un jeune homme très gentil, très agréable", souligne auprès de BFMTV le pilote de l'appareil, Derry Gregoire, à propos de son co-pilote. Mais au cours de ce vol de promenade, le trentenaire a brusquement changé de comportement, se montrant incohérent et tantnt de prendre le contrôle du Piper.

"Le pilote a donné des premières explications qui vont dans le sens d’un suicide de l’homme qui aurait eu une forme d’épisode délirant dans l’avion, dans le cockpit, évoquant soudainement une envie de précipiter l’avion vers la mer et tenant des propos plus ou moins incohérents", explique le procureur de la République de Mont-de-Marsan, Olivier Janson, auprès de France Bleu Gascogne.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À ce moment précis, les deux hommes survolent le bassin d'Arcachon après avoir décollé de l'aérodrome de Biscarosse, pour ce qui devait être une promenade amicale. Là, la victime, pilote privé breveté, s'empare subitement du manche et envoie l'avion en direction de Biarritz, pour des raisons qui demeurent inconnues.

"Il a procédé à un demi-tour autoritaire en direction du sud, progressivement, il a laissé le pilote reprendre les commandes et celui-ci a essayé d’effectuer un atterrissage d’urgence en indiquant qu’il avait des difficultés avec lui, lequel, au bout d’un moment, explique qu’il allait se jeter à l’eau. Le pilote a essayé de réduire la vitesse et l’altitude en entendant tout ceci, et en procédant à des manœuvres permettant un atterrissage d’urgence", explique encore Olivier Janson.

Enquête en cours

Alors que les deux hommes se rapprochent de la terre ferme, le co-pilote ouvre le cockpit et se jette dans le vide. "À une centaine de mètres de la côte et à la même hauteur en terme de d’altitude, il s’est jeté à l’eau, il a ouvert le cockpit et s’est jeté à l’eau sans que le pilote ne puisse faire quoi que ce soit", confirme encore le procureur.

Une enquête ouverte pour "recherches des causes de la mort" est confiée à la brigade de gendarmerie des transports aériens de Biarritz, elle n'en est qu'à ses balbutiements. Cependant, selon les premières constatations rapportées par Olivier Janson, "rien ne permet de démentir la version du pilote."

"L’enquête ne fait que commencer mais l’intégralité des conversations est enregistrée dans ce type d’appareil, nous n’avons pas pu exploiter complètement les conversations mais il est d’ores et déjà sûr qu’il a pris attaque avec Cazaux (une base aérienne de l'Armée de l'air et de l'espace, ndlr) pour faire savoir qu’il avait des difficultés", poursuit ce dernier.

Fuite d'huile et atterrissage d'urgence

Après que la victime a sauté de l'avion, le pilote aguerri, ancien employé d'Air France, a pu procéder à l'atterrissage malgré une fuite d'huile repérée quelques minutes plus tôt. "Il ne voulait pas me croire mais le moteur n’allait pas tenir longtemps. J’avais donc les deux problèmes à gérer en même temps", se rappelle-t-il.

Au cours de leurs investigations, les enquêteurs vont également devoir faire la lumière sur le profil du trentenaire. Selon le quotidien Sud-Ouest daté de ce jeudi, il s'agissait d'un commerçant originaire de Charente-Maritime qui était venu passer quelques jours dans le département des Landes. Une autopsie devrait être réalisée dans les jours à venir et son passé psychologique devrait également être étudié.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles